Nullius In Verba
  • Aérogel

    Posté le 10 août 2009

    Un cube d'Aérogel présenté parAérogel et Peter Tsou, le coordinateur du projet Stardust du Jet Propulsion Laboratory - Credit : NASABlocs d'aérogel du collecteur Stardust - Credit : NASA

    L’Aerogel a été créé en 1931 par Samuel Stephens Kistler. C’est le matériau solide qui a la plus faible densité. Il est dérivé d’un gel dans lequel le composant liquide a été remplacé par du gaz. Le résultat est un solide d’une densité extrêmement faible avec plusieurs propriétés exceptionnelles dont la plus notable est son efficacité en tant qu’isolateur thermique. En effet, l’aérogel annule quasiment les 3 méthodes de transfert thermique : convection, conduction et radiation car il est essentiellement composé de gaz.

    En raison de sa nature hygroscopique (qui absorbe l’humidité de l’air), l’aérogel agit comme un puissant dessiccatif (qui a la propriété de déssécher)

    L’aérogel est surnommé « la fumée congelée », « fumée solide » ou encore « fumée bleue » dû à sa nature translucide et bleutée. Au toucher, on dirait de la mousse de polystyrène. Il est 1000 fois moins dense que du verre :  99,8% de l’aérogel est constitué d’espace vide.

    Il existe 3 types d’aérogel :
    – Silice : c’est le type d’aérogel le plus courant
    – Carbone : ce sont des aérogels constitués de particules avec des tailles à l’échelle du nanomètre
    – Alumine : aérogels fabriqués avec de l’oxyde d’aluminium

    La NASA a utilisé l’aérogel pour capturer des particules de l’espace à bord de la sonde spatiale Stardust (1999-2006) : les particules se vaporisent lors de l’impact avec des solides et passent à travers les gaz mais elles peuvent être capturées grâce à l’aérogel.

    Laisser une réponse