Nullius In Verba
  • Stephen Hawking : Comment construire une machine à voyager dans le temps ? (1e partie)

    Posté le 27 juin 2010

    Par Stephen Hawking

    Tout ce dont vous avez besoin est un trou de ver, le Large Hadron Collider ou une fusée qui va vraiment, vraiment très vite

    Un trou de ver est un tunnel théorique (ou raccourci), prédit par la théorie de la relativité d’Albert Einstein, qui relie 2 endroits dans l’espace-temps – visualisé ci-dessus comme les contours d’une carte 3D, où l’énergie négative fait passer l’espace et le temps dans la bouche d’un tunnel qui émerge dans un autre univers. Ces trous de ver restent hypothétiques, étant donné que personne n’en a jamais vu, mais ils ont été utilisés dans des films comme des moyens de voyager dans le temps – dans Stargate par exemple.

    Bonjour. Mon nom est Stephen Hawking. Physicien, cosmologiste et assez rêveur. Bien que je ne puisse pas bouger et que je doive parler à travers un ordinateur, dans mon esprit je suis libre. Libre d’explorer l’Univers et de poser les grandes questions, telles que : est-ce que le voyage dans le temps est possible ? Peut-on ouvrir un portail vers le passé ou trouver un raccourci vers le futur ? Peut-on finalement utiliser les lois de la nature pour devenir les maîtres du temps ?

    Le voyage dans le temps était autrefois considéré comme une hérésie scientifique. J’évitais d’en parler de crainte d’être étiqueté excentrique. Mais de nos jours je ne suis pas si prudent. En fait, je suis plus comme les personnes qui ont construit Stonehenge. Je suis obsédé par le temps. Si j’avais une machine à voyager dans le temps je rendrais visite à Marilyn Monroe à son apogée, je passerais voir Galilée lorsqu’il tourna son télescope vers les cieux. Peut être même que je voyagerais aux confins de l’Univers pour découvrir comment notre histoire cosmique se termine.

    Pour voir comment cela pourrait être possible, nous devons regarder le temps comme le font les physiciens – la 4ème dimension. Ce n’est pas aussi difficile qu’il y paraît. Tous les écoliers attentifs savent que tous les objets physiques, y compris moi dans mon fauteuil, existent en 3 dimensions. Ils ont une largeur, une hauteur et une longueur.

    Mais il y a une autre sorte de longueur, une longueur dans le temps. Tandis qu’un humain peut survivre pendant 80 ans, les pierres de Stonehenge, par exemple, sont là depuis des milliers d’années. Et le système solaire existera pendant des milliards d’années. Tout a une longueur dans le temps aussi bien que dans l’espace. Voyager dans le temps signifie voyager dans la quatrième dimension.

    Pour voir ce que cela signifie, imaginons que nous faisons un petit voyage, tout à fait normal, en voiture. Conduisez en ligne droite et vous voyagez dans une dimension. Tournez à droite ou à gauche et vous ajoutez la 2e dimension. Montez ou descendez une route de montagne sinueuse et vous ajoutez la hauteur. Vous voyagez donc dans les 3 dimensions. Mais comment pouvons-nous voyager dans le temps ? Comment pouvons-nous trouver un passage à travers la 4e dimension ?

    Autorisons-nous un petit moment de science fiction. Les films à propos des voyages dans le temps mettent souvent en scène une énorme machine très gourmande en énergie. Cette machine crée un passage à travers la 4e dimension, un tunnel à travers le temps. Un voyageur du temps, courageux, peut-être téméraire, préparé pour on ne sait quoi, franchit le tunnel dans le temps et en ressort on ne sait quand. Le concept est peut-être un peut tiré par les cheveux, et la réalité pourrait être très différence de cela, mais l’idée en elle-même n’est pas si folle.
    Des physiciens ont envisagé la possibilité de tunnels dans le temps aussi, mais nous abordons cette question sous un angle différent. Nous nous demandons si les portails vers le passé ou le futur pourraient être possibles dans le cadre des lois de la nature. Et il s’avère que nous pensons qu’ils le sont. De plus, nous leur avons même donné un nom : les trous de ver. La vérité est qu’ils sont tout autour de nous mais sont trop petits pour que nous puissions les voir. Les trous de ver sont minuscules. Ils se produisent dans les coins et les recoins de l’espace et du temps. Vous pourriez trouver ce concept un peu difficile mais restez avec moi.

    Rien n’est plat ou solide. Si vous regardez tout d’assez près vous trouverez des trous et des plis. C’est un principe physique de base qui s’applique même au temps. Même quelque chose d’aussi lisse qu’une boule de billard est constitué de minuscules fissures, de plis et de vide. Maintenant il est facile de montrer que cela est vrai dans les 3 premières dimensions. Mais croyez-moi, cela l’est aussi dans la 4e dimension. Il y a de minuscules fissures, des plis et du vide dans le temps. Aux échelles les plus petites, plus petites encore que les molécules, que les atomes, nous arrivons dans un endroit appelé la mousse quantique. C’est là que les trous de ver existent. De minuscules tunnels et raccourcis à travers l’espace et le temps se forment constamment, disparaissent et se reforment dans ce monde quantique. Ils relient 2 endroits séparés et 2 temps séparés.

    Malheureusement, ces tunnels bien réels sont infiniment petits. Beaucoup trop petits pour qu’un être humain puisse passer à travers – mais c’est là que la notion de machines à voyager dans le temps avec des trous de ver devient importante. Certains scientifiques pensent qu’il pourrait être possible de capturer un trou de ver et de l’agrandir des billions de fois pour le rendre assez grand pour qu’un humain et même un vaisseau spatial puisse y entrer.

    A suivre…

    Traduction d’après le texte de Stephen Hawking : How to build a time machine


    2 Trackbacks / Pingbacks

    Laisser une réponse