Nullius In Verba
  • Taranis : un drone furtif capable de sélectionner et frapper des cibles sans intervention humaine

    Posté le 19 juillet 2010

    Le Ministère de la défense britannique a récemment dévoilé un drone (aéronef sans pilote) furtif développé par BAE Systems qui redéfinit le pilotage automatique : il peut voler de lui-même autour du monde et choisir ses propres cibles sans intervention humaine selon un rapport de The Globe and Mail

    Le Taranis (qui vient du nom du dieu celte du tonnerre) a été conçu pour voler beaucoup plus loin que les drones conventionnels. Contrôlé par des opérateurs au sol, le Taranis est censé pouvoir frapper des cibles sur d’autres continents.

    Ce drone en forme de V peut échapper aux radars ennemis et sa charge utile est conséquente avec 2 soutes à bombes. Une entrée d’air pour le moteur à réaction est situé à l’emplacement du cockpit. Son apparence générale ressemble à celle du Phantom Ray de Boeing, dévoilé en mai dernier et qui devrait voler au mois de décembre.

    Les drones de combat (UCAV – Unmanned Combat Air Vehicle) peuvent mener des missions comportant de plus grands risques, ne sont pas limités par le nombre de G et sont plus légers car ils n’ont pas tout l’équipement de pilotage.

    « (Le Taranis) pourrait alors effectuer des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance » d’après le chef d’escadron Bruno Wood, porte-parole du ministère pour le projet Taranis, cité par The Globe and Mail. « C’est un avion de combat avec des armes qui lui permettent de frapper avec des armes de précision ».

    Il a ajouté que les humains seraient « absolument » maitres de la décision de déclencher tout système d’arme, que c’est une chose pour laquelle on n’enlèverait jamais l’élément humain.

    L’automatisation des systèmes d’armes est une tendance grandissante dans l’industrie militaire avec l’US Army qui vise à automatiser 30% de ses véhicules terrestres d’ici 2015.

    Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous, il y avait beaucoup de fumée et de musique lors de cette cérémonie de présentation.

    Taranis est le résultat de millions d’heures de main d’oeuvre et quelques 220 millions de dollars. Les premiers vols d’essai devraient commencer en 2011, mais Taranis est une démo technologique et pourrait ne jamais entrer en production.

    « Si de tels systèmes entrent en service, ils seront à tout moment sous le contrôle d’équipages militaires au sol extrêmement bien entrainés » a déclaré le ministère dans un communiqué.

    Traduction d’après un article de CNET News

    Laisser une réponse