Nullius In Verba
  • WMAP : après 9 années à étudier le rayonnement fossile de l’Univers primordial, la sonde tire sa révérence

    Posté le 8 octobre 2010

    Le 20 août 2010, la sonde WMAP, qui pendant les 9 dernières années a cartographié le rayonnement fossile de l’Univers primordial, a tiré sa révérence.

    Le 8 septembre, elle a été mise sur une orbite autour du Soleil pour terminer ses jours.

    L’image ci-dessous est celle de l’Univers « bébé ». Elle est le résultat de 7 années de données reccueillies par la sonde WMAP. Elle révèle les fluctuations de température vieilles de 13,7 milliards d’années qui correspondent aux germes qui sont aujourd’hui devenus des galaxies.

    Après 9 ans de balayage du ciel, la sonde WMAP a terminé ses observations du fond diffus cosmologique, la lumière la plus ancienne de l’Univers. Ce travail a permis aux scientifiques d’avoir une meilleure vision du rayonnement fossile et d’établir un modèle scientifique qui décrit l’histoire et la structure de l’Univers.

    Ce rayonnement fossile date de l’époque où l’Univers avait seulement 380 000 ans. Alors que l’Univers s’est étendu sur les 13 milliards d’années qui ont suivies, cette lumière a perdu de l’énergie et s’est étirée dans des longueurs d’ondes beaucoup plus longues. Aujourd’hui ce rayonnement est détectable sous la forme de micro-ondes.

    WMAP est dans le livre Guinness des records pour la mesure la plus précise de l’âge de l’Univers. La mission WMAP a établi que le cosmos était âgé de 13,75 milliards d’années avec une marge d’erreur de 1%.

    Appelée MAP lors de son lancement le 30 juin 2001, la sonde a par la suite été renommée WMAP pour rendre hommage à David T Wilkinson, cosmologiste de l’Université de Princeton et membre de l’équipe à l’origine de la sonde.

    Laisser une réponse