Nullius In Verba
  • Le télescope Fermi de la NASA a découvert une mystérieuse structure géante au centre de notre galaxie

    Posté le 10 novembre 2010

    Le Fermi Gamma-ray Space Telescope a dévoilé une struture au centre de la Voie Lactée. Elle s’étend sur 50 000 années-lumière et pourrait être le vestige d’une éruption d’un trou noir supermassif situé au centre de notre galaxie.


    Illustration des bulles géantes – Credit: NASA’s Goddard Space Flight Center

    « Ce que nous voyons ce sont 2 bulles d’émission de rayons gamma qui s’étendent sur 25 000 années-lumière au nord et au sud du centre galactique » a déclaré Doug Finkbeiner, astronome au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics de Cambridge (Massachusetts) qui a été le premier à reconnaître cette structure. « Nous ne comprenons pas complètement leur nature et leur origine ».

    La structure s’étend sur plus de la moitié du ciel visible, de la constellation de la Vierge à la constellation de la Grue, et pourrait être âgée de millions d’années. Un article présentant les résultats a été accepté pour publication dans la revue The Astrophysical Journal.

    Finkbeiner et son équipe ont découvert ces bulles en traitant les données publiques disponibles du Fermi Large Area Telescope (LAT). Le LAT est le détecteur de rayons gamma le plus sensible et ayant la meilleure résolution. Les rayons gamma sont la forme la plus énergétique de la lumière.

    D’autres astronomes étudiant les rayons gamma n’avaient pas détecté ces bulles, en partie à cause d’un brouillard de rayons gamma présents d’un bout à l’autre du ciel. Le brouillard apparaît quand des particules se déplaçant à une vitesse proche de celle de la lumière intéragissent avec la lumière et les gaz interstellaires de la Voie Lactée. L’équipe du LAT affine en permanence ses modèles pour découvrir de nouvelles sources de rayons gamma obscurcies par cette émission diffuse. En utilisant diverses estimations du brouillard, Finkbeiner et ses collègues ont pu le séparer des données du LAT pour dévoiler les bulles géantes.

    Les scientifiques effectuent maintenant des analyses supplémentaires pour mieux comprendre comment cette structure jamais vue auparavant a pu se former. Les émissions sont beaucoup plus énergétiques que le brouillard observé dans la galaxie. Ces bulles semblent avoir des bords bien définis. La forme de la structure et ses émissions suggère que sa formation est le résutat d’un dégagement important et relativement rapide d’énergie – dont la source reste un mystère.

    Une des possibilités inclut un jet de particules provenant du trou noir supermassif qui se situe au centre de la galaxie. Dans beaucoup d’autres galaxies, les astronomes voient des jets très rapides de particules alimentés par de la matière tombant vers le trou noir central. Bien qu’il n’y ait pas de preuve que le trou noir de notre galaxie ait un tel jet aujourd’hui, cela a pu être le cas dans le passé. Les bulles ont pu également s’être formées à la suite de l’éjection de gaz provenant de la formation d’une étoile, peut-être celui qui a produit plusieurs amas stellaires massifs dans le centre de la Voie Lactée il y a plusieurs millions d’années.

    « Dans d’autres galaxies, nous voyons que les régions de l’Espace avec un taux anormalement élevé de formation d’étoiles [Starbursts] peuvent conduire à d’énormes éjections de gaz » a déclaré David Spergel, scientifique de l’Université de Princeton (New Jersey). « Quelle que puisse être la source d’énergie à l’origine de ces énormes bulles, elle est connectée à plusieurs questions fondamentales en astrophysique ».

    Des indications des bulles apparaissent dans des données de sondes plus anciennes. Des observations en rayon X du satellite Roentgen suggèrent quelques preuves subtiles de la présence du bord de ces bulles à proximité du centre galactique, ou dans la même orientation que la Voie Lactée. Le satellite WMAP a détecté un excédent de signaux radio à la position des bulles de rayon gamma.

    L’équipe du Fermi LAT a également dévoilé mardi la meilleur image du ciel de rayon gamma, le résultat de 2 années de collecte de données.

    « Fermi scrute complètement le ciel toutes les 3 heures, et alors que la mission se poursuit et que notre exposition s’approfondit, nous voyons l’Univers extrême avec des détails toujours plus grands », a déclaré Julie McEnery, scientifique du projet Fermi au Goddard Space Flight Center de Greenbelt.

    Fermi est un partenariat en astrophysique et physique des particules développé en collaboration avec le Département de l’Energie des Etats-Unis, et d’importantes contributions d’institutions académiques et de partenaires en France, Allemagne, Italie, Japon, Suède et Etats-Unis.

    « Depuis son lancement en juin 2008, Fermi a maintes fois fait ses preuves en repoussant les frontières et en nous donnant de nouvelles perspectives qui vont de la nature de l’Espace-temps jusqu’aux premières observations de rayons gamma provenant d’une nova » a déclaré Jon Morse, directeur de la division Astrophysique au siège de la NASA à Washington. « Ces dernières découvertes continuent à démontrer la performance exceptionnelle de Fermi ».

    Traduction d’après l’article « NASA’s Fermi Telescope Finds Giant Structure in our Galaxy »


    2 Trackbacks / Pingbacks

    Laisser une réponse