Nullius In Verba
  • Energie noire : un test de la géométrie de l’Univers soutient son existence

    Posté le 25 novembre 2010

    L’affirmation selon laquelle la mystérieuse énergie noire accélère l’expansion de l’Univers a acquis des bases plus solides avec la mise en oeuvre réussie d’un test géométrique proposé il y a 30 ans.

    Cette accélération de l’expansion de l’Univers a été détectée pour la première fois en 1998. Les astronomes étudiant des supernovae de type 1a, explosions d’étoiles utilisées comme « chandelles standard » [point de repère] à cause de leur luminosité prévisible, ont fait une incroyable découverte : les supernovae les plus distantes apparaissaient moins lumineuses que ce qu’elles auraient dû être si l’Univers était en expansion constante. Cela suggérait que quelque force inconnue surnommée plus tard énergie noire (ou énergie sombre) devait agir contre la gravité.

    Depuis cette époque, les études comparant les variations dans le fond diffus cosmologique avec celles de la distribution actuelle des galaxies, ont permis aux cosmologistes de retracer l’expansion de l’Univers, soutenant l’idée de l’énergie noire. Elles ont également suggéré que l’Univers était plat, ce qui signifie qu’il contient juste ce qu’il faut de matière pour le maintenir délicatement en équilibre pour éviter soit un effondrement sur lui-même soit une expansion éternelle.

    Ces 2 hypothèses sont devenues un élément fondamental de la compréhension qu’ont les cosmologistes de l’Univers. Christian Marinoni et Adeline Buzzi du Centre de physique théorique de l’Université de Provence de Marseilles ont indépendamment vérifié ces idées en analysant la géométrie d’une paire de galaxies en orbite. Leur étude a été publiée dans Nature

    Les 2 chercheurs ont utilisé une version du test de Alcock-Paczynski qui s’appuie sur l’identification d’objets symétriques dans l’Espace et les utilise comme « sphères standard ». Toute distorsion de l’Espace causée par l’expansion du cosmos ferait apparaître les sphères les plus distantes comme étant asymétriques. « Cela fournit un niveau de précision similaire aux supernovae » a déclaré Marinoni. « C’est une preuve directe de l’énergie noire ».

    Nos 2 chercheurs ont découvert que plus les paires de galaxies étaient éloignées, plus leur distribution était asymétrique. La fiabilité des tests repose sur l’hypothèse  que la distribution de l’orientation des paires de galaxies ne change pas en fonction de leur distance de la Terre, une idée qui est loin d’avoir été suffisamment testée.

    « C’est une idée très intelligente, c’est inattendu et cela va prendre du temps pour déterminer si elle est acceptée ou non » a déclaré Charles Alcock, le directeur du Smithsonian Center for Astrophysics (Massachusetts) et co-auteur en 1979 du test qu’ont utilisé Marinoni et Buzzi.

    D’après Nature


    1 Trackbacks / Pingbacks

    Laisser une réponse