Nullius In Verba
  • Le futur de notre approvisionnement en énergie

    Posté le 12 février 2011

    Aujourd’hui on assiste à un mélange des énergies, une bataille entre plusieurs sortes d’énergies qui va durer pendant les 10 ou 15 prochaines années.

    Pour le moment, rien ne peut sauver la société de sa dépendance au pétrole et au charbon. A masse égale, le pétrole et le charbon contiennent plus d’énergie sous une forme pratique que presque toutes les autres sources d’énergie.

    Le solaire est une bonne chose mais il n’est pas encore prêt. Cependant, son coût diminue chaque année, il est produit en masse et bénéficie d’incitations de la part des gouvernements. D’ici 10 à 15 ans, la courbe d’augmentation du coût des énergies fossiles croisera celle de la baisse du coût des technologies des énergies renouvelables. Et lorsque cela se produira, il deviendra économiquement intéressant d’utiliser l’énergie solaire.

    Au-delà de ça, vers 2030-2040, la fusion nucléaire deviendra une option viable.

    L’énergie du Soleil provient de la fusion nucléaire (fusion thermonucléaire). Avec la fusion nucléaire on peut utiliser de l’eau de mer pour générer une quantité d’énergie illimité.

    En Californie, au National Ignition Facility de Livermore, se trouve la plus grande installation de fusion laser. Et en France, à proximité de Cadarache, se trouve le réacteur thermonucléaire expérimental ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) qui devrait être opérationnel en 2019.

    Donc, c’est prévu : nous aurons la fusion nucléaire d’ici 2030-2040.

    Et la fusion est une énergie propre.

    Source : Big Think – Traduction/synthèse de ce que dit Michio Kaku dans sa vidéo.

     

    1 réponses à “Le futur de notre approvisionnement en énergie” Icône RSS

    • Ca fait près de 50 ans qu’on nous promet la fusion « dans 20 ou 30 ans ». De fait, les progrès sont beaucoup plus lents que ce qu’on attendait, et les réactions moins propres que ce qu’on espérait parce que la fusion sur Terre ne peut pas utiliser l’ingrédient No 1 de la fusion dans le Soleil : la pression. J’explique ça ici : http://drgoulu.com/2005/12/11/la-fusion-thermonucleaire

      Et même si ITER ou une autre installation parvient à devenir économiquement viable vers 2040 comme l’espèrent Michio Kaku et d’autres (dont moi 🙂 ) il faudra encore quelques décennies pour construire assez de centrales à fusion partout pour qu’elles produisent les terawattheures nécessaires à la substitution du pétrole.


    Laisser une réponse