Nullius In Verba
  • Pourquoi les pôles se réchauffent-ils plus rapidement que le reste de la planète ?

    Posté le 6 avril 2011

    Les pôles se réchauffent plus vite que le reste de la Terre. C’est un fait largement accepté depuis des années. Mais quelle en est la cause ?

    Des recherches visant à répondre à cette question ont déjà été faites mais une récente étude de Patrick Taylor, scientifique au Langley Research Center de la NASA, nous donne une nouvelle explication.

    L’étude de Taylor montre que si les pôles se réchauffent plus rapidement que le reste, c’est à cause de l’énergie de l’atmosphère qui est transportée vers les pôles par l’intermédiaire de grands systèmes météorologiques

    Des décennies de données de la NASA montrent que la Terre se réchauffe. Selon le Goddard Institute for Space Studies de Manhattan, la Terre s’est réchauffée d’environ 1,44°F (0,8°C) au cours des 40 dernières années. L’Arctique s’est réchauffé de plus de 3,5°F (1,94°C) au cours de la même période.

    « On pensait auparavant que cette amplification du réchauffement pôlaire était causé par la fonte des glaces, abaissant l’albédo de surface » explique Taylor.

    L’albédo est la quantité d’énergie solaire qui est réfléchie par la surface de la Terre et qui repart dans l’Espace plutôt que d’être absorbée. Plus la surface est réflective (la glace par exemple) plus l’énergie est réfléchie ce qui diminue la température. Lorsque la glace fond, moins d’énergie est refléchie, ce qui a pour effet d’augmenter la température.

    « L’albédo de surface aux pôles, cependant, est plus faible en été, période où l’on voit la plus faible réponse de température. Des études plus récentes suggèrent que d’autres processus atmosphériques sont à l’oeuvre ».

    Pour cette étude, Taylor a utilisé les données du satellite CERES et un modèle climatique qui suppose que les émissions carbones seront réduites à un niveau légèrement en-dessous de la normale.

    Ses résultats suggèrent que les changements estivaux des nuages réfléchissent beaucoup d’énergie solaire, compensant ainsi le faible albédo de surface, et qu’il doit y avoir autre chose qui détermine la quantité de réchauffement.

    « Le réchauffement total aux pôles est du aux changements dans les nuages, la vapeur d’eau, l’albédo de surface et la température atmosphérique ». « Mais il y a un réchauffement plus important en hiver qu’en été qui est causé par le transport d’énergie »

    Cette étude de Taylor montre que la saisonnalité du réchauffement polaire est largement le résultat de l’énergie de l’atmosphère qui est transportée aux pôles par de grands systèmes météorologiques.

    L’importance du transport d’énergie dans le réchauffement des pôles suggère que d’autres études sur les intéractions entre les grands systèmes météo et les changements plus locaux incluant les nuages, la vapeur d’eau, l’albédo de surface et la température atmosphérique sont nécessaires si l’on veut pouvoir mieux comprendre la sensibilité du climat.

    « Nous espérons en apprendre plus sur les processus en cause dans les processus atmosphériques afin de mieux comprendre ce que les modèles climatiques nous disent »

    Source : NASA

    Laisser une réponse