Nullius In Verba
  • Les planètes errantes (ou orphelines) pourraient être plus nombreuses que les étoiles

    Posté le 19 mai 2011

    Une étude conjointe du Japon et de la Nouvelle Zélande effectuée en 2006 et 2007 avait pour objectif de scanner le centre de notre Voie Lactée. Cette étude a révélé jusqu’à 10 planètes errantes d’une masse à peu près équivalente à celle de Jupiter.

    Ces planètes connues aussi sous le nom de planètes orphelines sont difficiles à repérer et n’avaient pas été détectées jusqu’à maintenant. Elles se situent à une distance moyenne de 10 000 à 20 000 années-lumière.

    La technique utilisée pour leur détection est appelée microlentille gravitationnelle. Les planètes sont identifiées indirectement lorsqu’elles passent devant une étoile plus lointaine, ce qui a pour effet de rendre l’étoile plus brillante.

    L’existence de telles planètes avaient été prédite mais on n’en avait jamais détecté.

    L’équipe à l’origine de la découverte indique qu’il y aurait 2 fois plus de planètes errantes que d’étoiles. Elles seraient aussi courantes que les planètes qui orbitent autour des étoiles. Au total il y aurait des centaines de milliards de planètes solitaires dans notre galaxie.

    Les auteurs de l’étude expliquent qu’on peut comparer ça à un recensement de la population. En se basant sur les données concernant la portion de galaxie recensée on peut estimer le nombre total de ces planètes dans la galaxie entière.

    Le sondage n’était pas sensible aux planètes plus petites que Jupiter et Saturne mais des théories suggèrent que des planètes de masse équivalente à celle de la Terre devraient être éjectées de leur étoile plus souvent.

    On avait déjà observé quelques objets errants de type planètes dans des amas de formation d’étoiles ayant des masses de 3 fois celle de Jupiter. Appelées naines brunes ces corps gazeux se forment à partir de l’effondrement gravitationnel de boules de gaz et de poussière, mais leur masse est insuffisante pour initier une réaction de fusion nucléaire pour pouvoir briller comme des étoiles. On pense que les plus petites naines brunes sont approximativement de la taille des grandes planètes.

    Il est probable que certaines planètes soient éjectées de leur système solaire naissant, plein de turbulences, à cause de rencontres rapprochées avec d’autres planètes ou étoiles. Sans une étoile autour de laquelle orbiter ces planètes se déplaceraient à travers la galaxie, comme le font notre Soleil et d’autres étoiles, dans une orbite stable autour du centre galactique.

    La découverte de 10 planètes errantes de la taille de Jupiter supporte le scénario de l’éjection bien qu’il soit possible que les 2 mécanismes soient en jeu.

    « Si les planètes errantes s’étaient formées comme des étoiles, alors on se serait attendu à en voir seulement une ou deux plutôt que 10 » explique David Bennett (NASA et National Science Foundation). « Nos résultats suggèrent que les systèmes planétaires deviennent souvent instables, avec des planètes expulsées de leur lieu de naissance ».

    Les observations ne peuvent pas exclure la possibilité que certaines de ces planètes puissent orbiter autour d’étoiles très éloignées mais d’autres études indiquent qu’il est très rare que des planètes de la masse de Jupiter aient des orbites aussi éloignées.

    L’étude dirigée par Takahiro Sumi de l’Université de Osaka sera publiée dans le numéro du 19 mai du journal Nature.

    Source : NASA

    Laisser une réponse