Nullius In Verba
  • Une écume de bulles magnétiques aux confins du système solaire

    Posté le 10 juin 2011

    Les sondes Voyager sont actuellement à plus de 14 milliards de Km de la Terre. Elles sont encore opérationnelles et les dernières informations qu’elles ont transmises sont très surprenantes : l’endroit où elles se trouvent semble rempli de bulles magnétiques qui, selon les modèles informatiques, s’étendent sur environ 161 millions de kilomètres. A la vitesse où vont les sondes il leur faudrait des semaines pour en traverser une.

    Voyager 1 est entré dans cette zone vers 2007 et Voyager 2 a suivi environ un an plus tard. Au début les chercheurs ne comprenaient pas ce que les sondes détectaient. Mais maintenant ils ont une idée de ce dont il peut s’agir :
    « Le champ magnétique du Soleil s’étend jusqu’aux confins du système solaire » explique Merav Opher, astronome à l’Université de Boston. « Parce que le Soleil tourne, son champ magnétique se torsade et se plisse, un peu comme une jupe de ballerine. Loin, très loin du Soleil, là où se trouvent les sondes Voyager, les plis se retroussent »

    Lorsqu’un champ magnétique se plie fortement comme ceci, des choses intéressantes peuvent se produire. Les lignes de force magnétique se croisent et se « reconnectent » (la reconnexion magnétique est le même processus énergétique qui provoquent les éruptions solaires). Les nombreux plis se réorganisent, parfois de manière explosive, pour former une mousse de bulles magnétiques.

    « Nous ne nous attendions pas à trouver une telle écume aux confins de notre système solaire mais elle est là ! » explique Jim Drake, physicien à l’Université du Maryland.

    Les théories datant des années 1950 avaient prédit un scénario très différent : le champ magnétique lointain du Soleil était supposé se courber en des arcs relativement gracieux, qui se replieraient pour rejoindre le Soleil.

    La structure du champ magnétique lointain du Soleil est une question scientifique importante car elle permet de définir les interactions avec le reste de la galaxie. La région où se trouvent les sondes Voyager s’appelle « Heliosheath » (héliogaine). C’est la frontière entre notre système solaire et le reste de la Voie Lactée.


    Le nouveau modèle vient ajouter une écume magnétique aux lignes de champ magnétiques prévues par l’ancien modèle

    Le cas des rayons cosmiques est une bonne illustration. Les rayons cosmiques galactiques sont des particules subatomiques accélérées à une vitesse proche de celle de la lumière par les trous noirs et les supernovae. Lorsque ces particules essayent d’entrer dans le système solaire, elles doivent lutter contre le champ magnétique du Soleil pour atteindre les planètes intérieures.

    « Les bulles magnétiques pourraient être notre première ligne de défense contre les rayons cosmiques » explique Opher. « Nous n’avons pas encore compris si c’est une bonne chose ou non ».

    D’un côté, les bulles semblent être un bouclier très poreux permettant aux rayons cosmiques de passer à travers les interstices. D’un autre côté, les rayons cosmiques peuvent se retrouver piégés dans ces bulles, ce qui ferait de l’écume un très bon bouclier.

    « Ce n’est que le début et je prédis d’autres surprises »

    Source : NASA

    Laisser une réponse