Nullius In Verba
  • Les diamants ne sont pas éternels

    Posté le 4 août 2011

    Des chercheurs de l’Université de Macquarie (Sydney, Australie) ont montré que même le matériau le plus résistant de la nature, le diamant, n’est pas éternel.

    Le professeur Richard Mildren et ses collègues du Photonics Research Center de l’Université de Macquarie ont découvert que les diamants s’évaporent lorsqu’ils sont exposés à de la lumière ultraviolette.

    « Bien que ce type d’évaporation induite par de la lumière ait été observé avec certains matériaux, c’est la première fois qu’on démontre cet effet sur le diamant » explique Richard Mildren

    Les diamants ont été exposés à d’intenses impulsions de lumière ultraviolette UV-C (rayons ultraviolets filtrés par la couche d’ozone). De petits creux étaient visibles sur la surface du diamant après seulement quelques secondes. Avec des impulsions moins intenses le phénomène est le même mais prend plus de temps.

    Il est important de noter que le taux d’évaporation est très faible et n’est pas visible dans des conditions normales. En fait, même dans des conditions de lumière ultraviolette très lumineuse comme sous un fort Soleil ou sous une lampe de bronzage UV il faudrait approximativement 10 milliards d’années pour qu’il soit observable.

    Cette découverte a des implications technologiques
    « C’est une découverte très pratique et nous regardons maintenant comment nous pouvons l’expoiter ». « Si nous pouvons fabriquer des structures dans les diamants qui nous permettent de contrôler la position de la lumière à l’intérieur d’un filament très étroit, c’est la première étape pour fabriquer des dispositifs optiques plus petits et plus efficaces tels que ceux utilisés en informatique quantique et pour les lasers haute performance ».

    Il sera peut-être même possible de détecter la présence de diamants sur la surface d’autres planètes grâce à cette découverte.

    Source : Physorg

     

    1 réponses à “Les diamants ne sont pas éternels” Icône RSS


    Laisser une réponse