Nullius In Verba
  • Mars – De l’eau salée s’écoulerait le long des versants de certains cratères

    Posté le 6 août 2011

    Des observations faites par la caméra haute résolution (HiRISE) de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) ont révélé un possible écoulement d’eau salée durant les mois les plus chauds de la planète rouge sur les versants de cratères situés aux moyennes latitudes de l’hémisphère Sud et notamment dans le cratère Newton. De l’eau pure gèlerait aux températures observées mais la salinité abaisse la température de congélation de l’eau, ce qui lui permet de continuer à s’écouler.

    Pour le moment, la meilleure explication qui rende compte de ces observations est l’écoulement d’eau salée, explique Alfred McEwen de l’Université de l’Arizona, auteur principal du rapport publié dans le journal Science.

    De la fin du printemps au début de l’automne on aperçoit des traces qui s’allongent et s’assombrissent sur les pentes rocheuses qui font face à l’équateur. Elles disparaissent graduellement en hiver pour revenir au printemps suivant. La saisonnalité, la latitude et les changements de luminosité suggèrent qu’une substance volatile est impliquée, mais aucune détection directe n’a été faite.

    Lorsqu’on a observé ces traces avec le spectromètre CRISM de MRO aucun signe d’eau n’est apparu. Peut-être que l’eau s’assèche rapidement à la surface ou qu’il s’agit d’écoulements souterrains.


    Les écoulements relativement sombres sur les pentes de 25 à 45 degrés d’inclinaison mesurent de 0,5 à 5 mètres environ avec des longueurs allant jusqu’à 100 mètres

    « Les flux ne sont pas sombres en raison de leur humidité ». « Ils sont sombres pour une autre raison ». Un flux initié par de l’eau salée pourrait réarranger les grains ou changer la rugosité de surface d’une manière qui assombrirait son apparence. Le fait que ces traces s’éclaircissent à nouveau lors de la baisse des températures est plus difficile à expliquer. C’est un mystère qui ne pourra être résolu qu’avec d’autres observations et expériences en laboratoire.

    Ces résultats s’approchent le plus de ce qui constituerait une preuve de la présence d’eau liquide sur la surface de la planète Mars.

    De l’eau gelée a déjà été détectée près de la surface dans plusieurs régions de haute latitude.

    Source : NASA

    Laisser une réponse