Nullius In Verba
  • Mythe : Les gens croyaient que la Terre était plate jusqu’à l’époque des Lumières

    Posté le 13 septembre 2011

    Un mythe largement répandu consiste à dire que la majorité des personnes, jusqu’à une époque relativement récente (les Lumières), croyait que la Terre était plate.

    Il semble s’être répandu pendant la première moitié du XXe siècle. C’est pourquoi, en 1945, dans un pamphlet intitulé « Columbus and the Flat Earth Conception », les membres de The Historical Association ont déclaré : « L’idée que des hommes instruits du temps de Christophe Colomb croyaient que la Terre était plate, et que cette croyance fut l’un des obstables qu’a dû surmonter Christophe Colomb avant de voir son projet autorisé, reste l’une des erreurs les plus tenaces dans l’enseignement de l’histoire ».

    Le concept de Terre plate était une croyance des plus anciennes cultures et la dernière à continuer à y croire fut la culture chinoise qui n’a adopté le concept de Terre sphérique qu’au XVIIe siècle. Cependant, malgré ce que tant de personnes ont pu entendre dire à propos des croyances du Moyen Age, personne en Europe ne croyait que la Terre était plate.

    Le mythe a été dissipé par Pythagore au VIe siècle avant JC. Aristote a donné une preuve basée sur la rationalité (voir la citation ci-dessous) et le consensus scientifique a été finalement obtenu au Ier siècle av JC tel qu’indiqué par Pline l’Ancien et confirmé par les cartes et globes de Ptolémée.

    Ainsi, ou bien la terre est sphérique, ou du moins sa nature est de l’être, puisqu’il faut, pour bien déterminer chaque chose, la prendre telle que naturellement elle doit être et subsister, et non pas telle qu’elle est par force et contre sa nature. On peut encore démontrer la sphéricité de la terre par les phénomèmes qui frappent nos sens. Ainsi, si l’on supposait que la terre n’est pas sphérique, les éclipses de lune ne présenteraient par les sections qu’elles présentent, dans l’état actuel des choses ; car la lune, dans ses transformations mensuelles, affecte toutes les divisions possibles, tantôt demi-pleine, tantôt en croissant, tantôt pleine aux trois quarts; mais dans les éclipses, la ligne qui la termine est toujours courbe. Par conséquent, comme la lune ne s’éclipse que par l’interposition de la terre, il faut bien que ce soit la circonférence de la terre, qui, étant sphérique, soit cause de cette forme et de cette apparence.

    Oeuvres d’aristote – Le Traité du Ciel (1866) // Traduit par Jules Barthélemy Saint-Hilaire

    Ce qui a peut-être aidé ce mythe à subsister est le fait qu’au Moyen Age les gens croyaient en une zone torride : une zone de conditions météorologiques et de mouvements océaniques extrêmes qui séparait les 2 moitiés du globe à l’équateur. Cette zone torride était considérée par beaucoup comme étant impossible à franchir, laissant les antipodes inatteignables.

     
    Figure de la Terre au Moyen Age, Wikipedia

    La principale raison de la difficulté de Christophe Colomb à trouver les fonds pour le plus célèbre de ses voyages est qu’il avait commis une énorme erreur concernant la distance de son trajet. Les objections de la commission instituée par les souverains espagnols portaient sur ces erreurs. Mais les membres de cette commission n’ont jamais eu la moindre objection concernant la sphéricité de la Terre.

    Le saviez-vous ?
    Christophe Colomb était italien et non pas espagnol.

    Source : Mythverse.com

     

    4 réponses à “Mythe : Les gens croyaient que la Terre était plate jusqu’à l’époque des Lumières” Icône RSS

    • Et pourtant Saint Augustin rejetait encore de son temps le mythe lors de débats philosophiques !

    • Pour Augustin (354-430) la question n’est pas la rotondité [20] mais le peuplement des antipodes [21,22].

      20 – La Cité de Dieu, L.XII, chap.XXV : « La même vertu divine qui est la cause de la rondeur de la terre et du soleil… »

      21 – La Cité de Dieu, L.XVI, chap.IX « S’il y a des antipodes » : « … parce que, la terre étant suspendue en l’air et ronde, ils s’imaginent que la partie qui est sous nos pieds n’est pas sans habitants…Il y a trop d’absurdité à dire que des hommes aient traversé une si vaste étendue de mer pour aller peupler cette autre partie du monde.»

      22 – Cyrano de Bergerac (1619-1655) dans Les États et Empires de la Lune, impute (faussement) à Augustin l’avis cosmographique suivant : « Ce grand personnage, dont le génie était éclairé par le Saint-Esprit, assure que de son temps la terre était plate comme un four, et qu’elle nageait sur l’eau comme une orange coupée.»

      Wikipedia

    • Bonjour,

      Peut-être y a-t-il là une espèce d’amalgame malheureux entre la forme de la terre et sa position (présumée centrale) dans l’univers ?

      Cordialement,

    • @ Guy Doyen : je retombe des années plus tard sur ce billet et je vois que je m’étais très mal exprimé. C’est tout à fait ça, ce que je voulais dire, c’est que justement, Saint Augustin développait fort bien dans son raisonnement l’idée que la rotondité de la terre est une conclusion valide, et coupait donc court à toute éventuelle vision passéiste dans ce débat. Je ne pense pas que personne ne croyait plus à la Terre plate de son vivant, après tout il y a bien une association de tels penseurs de nos jours alors que nous avons la preuve constante que la Terre est ronde. Mais dans ses écrits, Saint Augustin a en définitive une réponse assez rationnelle pour son temps. Puisque la science antique a prouvé la rotondité de la Terre, puisqu’il existe selon les géographes de l’époque des mers « immenses », puisque rien n’est en mesure qu’aux antipodes de Saint Augustin il puisse se trouver des terres ou de l’eau, il doute. Là où est son « erreur » étant qu’il justifie son doute par les Écritures. Zut, on y était presque pour en faire un zététicien 😉 😉 😉


    2 Trackbacks / Pingbacks

    Laisser une réponse