Nullius In Verba
  • Le point sur les rétines artificielles

    Posté le 18 septembre 2011

    Les scientifiques essayent de créer des prothèses visuelles depuis les années 1970.

    Au printemps dernier, une étape cruciale a été atteinte lorsque les régulateurs européens ont approuvé le premier oeil bionique commercial. L’Argus II, un appareil créé par l’entreprise californienne Second Sight, comprend une caméra intégrée à une paire de lunettes. Les signaux de la caméra sont transmis à une grille d’électrodes de 6×10 pixels attachée à l’arrière des yeux du sujet. Les électrodes stimulent les neurones de la rétine qui envoient des signaux secondaires par le nerf optique jusqu’au cerveau. Une image de 60 pixels peut paraitre bien peu mais cela permet aux patients de distinguer 8 couleurs différentes ou de lire des phrases courtes écrites avec de gros caractères. Comme pour toute technologie, le prix de 100 000 dollars de l’Argus II devrait baisser et la résolution augmenter.

    Les chercheurs testent déjà des rétines artificielles qui ne requièrent pas de caméra externe. Au lieu de cela les photons frapperont directement les zones photo-sensibles de l’oeil. L’entreprise Optobionics basée dans l’Illinois a fabriqué de modèles expérimentaux contenant 5000 capteurs.

    La rétine humaine contient 127 millions de photorécepteurs qui s’étalent sur 1100 millimètres carré. En comparaison, les détecteurs des meilleures caméras comportent 16,6 millions de capteurs sur 1600 millimètres carré.

    Mais un empilage de pixels ne suffira pas pour restituer la qualité visuelle de l’oeil humain. Pour créer une véritable rétine artificielle, explique Richard Taylor (Physicien de l’Université de l’Oregon), les ingénieurs et neuroscientifiques devront apporter quelque chose de beaucoup plus sophistiqué qu’une caméra implantée.

    On pourrait penser aux yeux comme à des caméras biologiques, et ils le sont à certains égards. Lorsque la lumière passe à travers notre pupille, elle produit une image inversée sur noter rétine. La lumière qui entre par une caméra fait la même chose. Les yeux et les caméras ont des lentilles qui ajustent le chemin de la lumière entrante pour créer l’image la plus nette possible. Grâce à la révolution du numérique les caméras ressemblent de plus en plus à des yeux humains. Au lieu de capturer la lumière sur un film, les appareils photos et caméras numériques utilisent une grille de photodiodes photosensibles qui fonctionnent à peu près comme les photorécepteurs de l’oeil.

    Mais dès que vous regardez les choses de plus près les similitudes disparaissent. Les ingénieurs fabriquent des photodiodes sous forme de minuscules carrés et les répartissent sur des grilles avec un espacement régulier. La plupart des rétines artificielles ont le même design, avec des impulsions transmises à partir des photodiodes jusqu’aux neurones à travers une grille rectangulaire d’électrodes. Le réseau de neurones de la rétine, quant à lui, ressemble à des flocons de neiges qui remplissent la rétine dans des motifs tourbillonnants. Lorsque des chirurgiens positionnent la grille sur la rétine, plusieurs connexions ne peuvent pas entrer en contact avec un neurone à cause de cette différence.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Mythe : Les gens croyaient que la Terre était plate jusqu’à l’époque des Lumières

    Posté le 13 septembre 2011

    Un mythe largement répandu consiste à dire que la majorité des personnes, jusqu’à une époque relativement récente (les Lumières), croyait que la Terre était plate.

    Il semble s’être répandu pendant la première moitié du XXe siècle. C’est pourquoi, en 1945, dans un pamphlet intitulé « Columbus and the Flat Earth Conception », les membres de The Historical Association ont déclaré : « L’idée que des hommes instruits du temps de Christophe Colomb croyaient que la Terre était plate, et que cette croyance fut l’un des obstables qu’a dû surmonter Christophe Colomb avant de voir son projet autorisé, reste l’une des erreurs les plus tenaces dans l’enseignement de l’histoire ».

    Le concept de Terre plate était une croyance des plus anciennes cultures et la dernière à continuer à y croire fut la culture chinoise qui n’a adopté le concept de Terre sphérique qu’au XVIIe siècle. Cependant, malgré ce que tant de personnes ont pu entendre dire à propos des croyances du Moyen Age, personne en Europe ne croyait que la Terre était plate.

    Le mythe a été dissipé par Pythagore au VIe siècle avant JC. Aristote a donné une preuve basée sur la rationalité (voir la citation ci-dessous) et le consensus scientifique a été finalement obtenu au Ier siècle av JC tel qu’indiqué par Pline l’Ancien et confirmé par les cartes et globes de Ptolémée.

    Ainsi, ou bien la terre est sphérique, ou du moins sa nature est de l’être, puisqu’il faut, pour bien déterminer chaque chose, la prendre telle que naturellement elle doit être et subsister, et non pas telle qu’elle est par force et contre sa nature. On peut encore démontrer la sphéricité de la terre par les phénomèmes qui frappent nos sens. Ainsi, si l’on supposait que la terre n’est pas sphérique, les éclipses de lune ne présenteraient par les sections qu’elles présentent, dans l’état actuel des choses ; car la lune, dans ses transformations mensuelles, affecte toutes les divisions possibles, tantôt demi-pleine, tantôt en croissant, tantôt pleine aux trois quarts; mais dans les éclipses, la ligne qui la termine est toujours courbe. Par conséquent, comme la lune ne s’éclipse que par l’interposition de la terre, il faut bien que ce soit la circonférence de la terre, qui, étant sphérique, soit cause de cette forme et de cette apparence.

    Oeuvres d’aristote – Le Traité du Ciel (1866) // Traduit par Jules Barthélemy Saint-Hilaire

    Lire la suite de cette entrée »

  • Quelle heure est-il à bord de la Station Spatiale Internationale ?

    Posté le 11 septembre 2011

    Le fuseau horaire utilisé à bord de la Station Spatiale Internationale est le Temps universel coordonné (UTC).

    Le temps universel coordonné est la base du temps civil dans la majorité des pays du monde. Dérivé du TAI (Temps Atomique International), la durée de la seconde UTC est définie en termes de transition atomique du césium et est d’une précision d’approximativement 1 nanoseconde (1 milliardième de seconde) par jour.

    Parce que la majorité de la vie quotidienne est encore organisée autour du jour solaire, UTC a été défini afin de coller de près au Temps Universel (UT). Les 2 systèmes sont intrinsèquement incompatibles, cependant, parce que UTC est uniforme tandis que UT se base sur la rotation de la Terre, qui ralentit progressivement. Afin de maintenir les 2 temps à 0,9 secondes l’un de l’autre, une seconde supplémentaire est ajoutée à UTC tous les 12 à 18 mois.

    Source : NASA

  • Calcul extrêmement précis de la circonférence de la Terre effectué il y a plus de 2000 ans

    Posté le 10 septembre 2011

    Nous sommes au Solstice d’été. Eratosthène, qui habitait la ville de Syène, savait que le Soleil était à la verticale à 12h heure locale (oui je sais ça rime… Je ne l’ai même pas fait exprès).

    Eratosthène avait noté qu’à Alexandrie, à la même date et heure, les rayons du Soleil avaient une inclinaison d’environ 7,2° (1/50e de cercle à l’époque) par rapport à la verticale. Il assumait que le Soleil était très éloigné et que ses rayons devaient donc être tous parallèles en atteignant la Terre.

    A l’époque on employait des bématistes, arpenteurs qui avaient la charge de mesurer les distances en nombre de pas de chameaux. Eratosthene a fait appel à un de ces bématistes qui évalua la distance Syene-Alexandrie à environ 5000 stades. Un stade Egyptien = 157,50 mètres

    Etant donné la distance entre les 2 villes, il a pu calculer la circonférence de la Terre en utilisant la théorie géométrique des angles alternes-internes. Le résultat : 250 000 stades (39 375 Km).

    Actuellement, on estime la circonférence de la Terre à 40 075 Km.


    Puit situé à sienne : aucune ombre
    Obélisque situé à Alexandrie : ombre correspondant à un angle de 7,2°

    Alpha / 360 = I / Circonférence de la Terre
    7,2 / 360 = 5000 / x
    0,02 = 5000 / x
    x = 5000/0,02
    x = 250 000 stades = 39 375 Km

    Erastothène (Cyrène 276 av. J.-C., Alexandrie – 195 av. J.-C.) était un scientifique, astronome et poète. Selon la Souda, encyclopédie grecque de la fin du IXe siècle, il serait devenu aveugle dans sa vieillesse et, ne pouvant plus admirer les étoiles, se serait laissé mourir de faim.

    La méthode utilisée par Erastothène pour mesurer la circonférence de la Terre est décrite dans « Meteora » (corps célestes) de l’astronome grec Cléomède.

  • Mission GRAIL : 2 sondes vont cartographier le champ gravitationnel de la Lune

    Posté le 8 septembre 2011

    [Mise à jour 10/09] – Après plusieurs jours de report en raison de conditions météo défavorables, les 2 sondes de la mission GRAIL ont été lançées le 10/09 à 15h08 (9:08am ET) depuis l’Air Force Station de Cape Canaveral (Floride) à bord d’une fusée Delta II Heavy construite par l’United Launch Alliance.

    Les sondes GRAIL A et B doivent se séparer à 1h21 et 1h30 après le lancement. Leur voyage vers la Lune prendra 3 mois et demi, ce qui laissera suffisamment de temps aux contrôleurs pour s’assurer que tout fonctionne comme prévu.

    Les sondes GRAIL vont cartographier le champ gravitationnel de la Lune en utilisant une technique de formation de vol de précision. Les signaux radio échangés entre les 2 sondes fourniront aux scientifiques les mesures exactes requises ainsi qu’un flux d’information ininterrompu lorsque les sondes se trouveront au-dessus de la face cachée de la Lune.

    Cette mission, qui fait partie du programme Discovery de la NASA, permettra de comprendre comment s’est formée la Lune et comment elle a évolué au cours du temps en l’étudiant de la croûte au noyau.

    Lire la suite de cette entrée »