Nullius In Verba
  • La plus Grande Caméra du Monde équipera le Télescope LSST

    Posté le 14 novembre 2011

    Le DoE américain apporte son soutien à un projet mené par le SLAC et l’Université de Stanford visant à créer une caméra qui équipera un nouveau télescope construit sur la montagne chilienne Cerro Pachón.

    Après 2 jours et demi de présentations et de réunions au SLAC, le panel du DoE constitué de 19 experts a recommandé cette caméra de 3,2 Gigapixels pour le Large Synoptic Survey Telescope (LSST). Il s’agit d’une étape importante mais pas décisive. Cette caméra devrait mesurer 1,6m x 3m et peser 2,8 tonnes.

    La mise au point du LSST est guidée par 4 principaux thèmes : sonder l’énergie noire et la matière noire, tenir un inventaire du système solaire, explorer les effets transitoires dans le ciel optique et cartographier la Voie Lactée.

    Avec un miroir primaire de 8,4 mètres de diamètre, le LSST sera un télescope terrestre grand champ conçu pour fournir des cartes 3D time-lapse de l’Univers avec des détails et une profondeur sans précédent.

    Au coeur du LSST se trouvent ses composants les plus critiques : 189 capteurs (puces semi-conductrices photosensibles).

    « Nous allons observer de la lumière 100 millions de fois plus faible que ce que peut voir l’oeil humain » explique Paul O’Connor, scientifique du Brookhaven National Laboratory en charge du sous-système des capteurs de la caméra. « Le télescope LSST a suffisamment de puissance de résolution pour distinguer les images de 2 étoiles séparées par l’équivalent d’une paire de phares de voiture observés à une distance de 650 Km. Nous avons conçu nos puces CCD pour enregistrer ces images avec une clarté inégalée avec un minimum de surface de silicium, de coût et de puissance ».

    Les capteurs du LSST sont conçus pour répondre à une gamme de lumière (ultraviolet, visible et infrarouge) qui est beaucoup plus large que les CCDs commerciaux, et doivent être extrêmement plats pour que l’image bénéficie d’une mise au point parfaite. Pour extraire les données d’une puce en 2 secondes (au lieu de plusieurs minutes typiques pour les images astronomiques), chaque capteur est divisé en 16 secteurs de données, chacun avec son propre canal de sortie.

    Chaque nuit, le LSST produira plus de 15 Teraoctets de données astronomiques brutes. Sur ses 10 ans d’exploitation, il produira la plus grande quantité de données publiques au monde : une base de données de 22 Petaoctets et une archive d’images de 100 Petaoctets (100 Petaoctets = 1 million de Go).

    Les supercalculateurs transformeront continuellement les données en de fantastiques paysages 4D, offrant ainsi de nouvelles possibilités d’exploration et de découverte pour les esprits curieux de tout âges. Il sera possible de survoler l’Univers.

    Magique…

    Source : SLAC

    Laisser une réponse