Nullius In Verba
  • Une bactérie pourrait convertir du sucre en biodiesel à un rythme extraordinaire

    Posté le 3 décembre 2011

    La bactérie en question, c’est E. Coli (Escherichia coli), une bactérie intestinale qui pourrait agir comme catalyseur pour la production de biodiesel en convertissant des sucres bon marché en des dérivés d’acides gras qui sont chimiquement similaires à de la gazoline.

    Mais la capacité de conversion naturelle de la bactérie n’est pas à la hauteur, commercialement parlant, et les chercheurs doivent trouver un moyen de booster cette capacité pour franchir le seuil commercial.

    Chaitan Khosla, professeur de chimie à Stanford, étudie s’il y a une limite aux capacités de conversion de la bactérie. La bonne nouvelle est que le moteur qui fabrique les acides gras dans E. coli est incroyablement puissant ». « Il est intrinsèquement capable de convertir du sucre en substances similaires à du carburant à une vitesse extraordinaire. La mauvaise nouvelle est que ce moteur est soumis à des contrôles très précis de la cellule ». Les scientifiques ne comprennent pas encore comment fonctionnent ces contrôles cellulaires. Il faudra une compréhension plus avancée de la biochimie de E. Coli. Mais l’équipe progresse en se focalisant sur la partie la plus prometteuse du processus de conversion.

    Cette progression est dûe en partie à une nouvelle approche employée dans leur analyse. Les chercheurs ont isolé les enzymes et autres molécules impliquées dans le processus de production des acides gras en les assemblant dans un tube à essai pour voir comment ils se comportaient en dehors des autres influences cellulaires. Les acides gras sont essentiellement du savon et leur abondance pourrait nuire aux bactéries. C’est pourquoi E. coli a développé une manière très élaborée et efficace pour contenir la quantité de biosynthèse d’acides gras à l’intérieur de la cellule. L’isolation en question était essentielle à l’analyse des chercheurs pour cette raison : pour tester la performance de la production d’acides gras sans la régulation des autres éléments de la cellule.

    Les acides gras ne peuvent pas être directement pompés dans votre réservoir. Les voitures et camions ne fonctionnent pas avec du savon après tout… Mais ce sont d’excellents précurseurs de biodiesel.

    Si le biodiesel a pris du retard sur l’éthanol comme moyen de réduire l’utilisation de combustibles fossiles dans les véhicules c’est parce que l’éthanol est moins cher et plus facile à produire. Mais le biodiesel a une densité énergétique plus élevée et une solubilité dans l’eau moindre que l’éthanol, ce qui offre des avantages significatifs.

    « Il est plus proche des propriétés chimiques d’un baril de pétrole d’Arabie Saoudite que n’importe quel autre carburant d’origine biologique » explique Khosla. Il pourrait donc être facilement mélangé au diesel et à l’essence ou utilisé seul comme carburant de transport.

    La recherche est décrite dans un document publié sur Proceedings of the National Academy of Sciences

    Xingye Yu, étudiante diplômée en génie chimique, et Tiangang Liu, postdoctoral en chimie, ont également contribué à la recherche et sont co-auteurs de la publication.

    Source : Stanford

    Laisser une réponse