Nullius In Verba
  • Théorie des Cordes et Supersymétrie

    Posté le 19th avril 2012 Pas de commentaires

    Le véritable nom de la théorie des cordes est en fait Théorie des Supercordes. « Supercordes » signifie « cordes supersymétriques ». La supersymétrie est une symétrie mathématique qui relie des choses dont on pensait qu’elles n’avaient aucun rapport entre elles.

    Il existe des symétries par rotation, où un objet présente toujours les mêmes caractéristiques lorsqu’on le fait tourner, par exemple. Certaines classes de particules semblent très différente d’autres classes de particules par le fait qu’elles « tournent » différemment : elles ont un spin différent. Il y a des particules qui ont un spin de un demi (électrons, positrons, neutrinos, quarks), d’autres qui ont un spin de 1 (photons), et il y a des particules hypothétiques qui ont un spin de 0 (Boson de Higgs) ou 2 (Graviton).

    La supersymétrie est une symétrie mathématique qui relie toutes ces particules : on peut dire en quelque sorte que chacune d’entre elle peut être transformée en une autre par un certain type de rotation. Si cela est exact, nous devrions pouvoir observer une autre classe de particules correspondant à une transformation par rotation de chacune des particules que nous connaissons.

    Cette nouvelle classe de particules, ce sont les particules supersymétriques. Le partenaire supersymétrique de l’électron est appelé sélectron, celui du quark, le squark, celui du neutrino, le sneutrino. Pour chaque particule connue il y a une particule supersymétrique appelée « sparticule ».

    Pour l’instant nous cherchons ces sparticules. Si on en détecte cela confirmera cette idée. Si l’on n’en détecte aucune cela signifie soit que nous ne disposons pas d’un accélérateur de particules assez puissant, soit qu’elles n’existent pas.

    D’après l’intervention de Brian Greene au Boston Museum of Science le 2 mars 2011.
    Brian Greene est professeur de physique et de mathématiques à l’Université de Columbia et spécialiste de la Théorie des Cordes. Il était invité au Musée de la Science de Boston pour discuter de son dernier livre intitulé « The Hidden Reality »

    Laisser une réponse