Nullius In Verba
  • La Théorie des Cordes : un Candidat Sérieux pour une Théorie du Tout

    Posté le 16 avril 2012

    Après plus de 50 ans de collisions de protons dans les accélérateurs de particules nous avons découvert des centaines de particules subatomiques organisées dans ce que l’on appelle le Modèle Standard. Mais la dernière pièce du puzzle est manquante. Cette pièce manquante c’est le Boson de Higgs. Si nous ne le trouvons pas, c’est qu’il y a un problème fondamental dans notre physique moderne.

    Et si on le trouve ? Qu’est-ce que cela signifie ?

    Soyons francs. Le Modèle Standard est l’une des théories les plus affreuses jamais proposées dans l’histoire de la science : 36 quarks et antiquarks, 19 paramètres ajustables ou plus, 3 générations de particules redondantes, des grappes entières de gluons, particules de Yang-Mills, boson W, Z, boson de Higgs. Vous devenez fou en essayant de classer et de donner un sens à toutes ces particules.

    Les physiciens pensent qu’il y a une meilleure théorie, une théorie incluant la gravitation, force fondamentale qui n’est pas présente dans le modèle standard. Il ne faut pas non plus oublier que le modèle standard ne décrit seulement que 4% de toute la matière et l’énergie présente dans l’Univers… Seulement 4% ! La matière noire représente 23% et l’énergie noire représente 73% du contenu total de l’Univers. C’est pourquoi certains scientifiques, comme Michio Kaku, misent sur la théorie des cordes.

    Dans la théorie des cordes, le modèle standard représente l’octave le plus bas d’une corde vibrante, et la matière noire n’est rien de plus que l’octave supérieur (un plus haut niveau d’énergie). L’énergie noire, quant à elle, intervient lorsqu’il y a brisure de symétrie des supercordes.

    La théorie des cordes est la seule qui ouvre la possibilité d’une théorie du tout. La prochaine étape est de détecter de la matière noire au LHC. Cela permettra de prouver ou de réfuter la théorie des cordes.

    D’après « String Theory is the Only Show in Town » par Michio Kaku

  • Speed Flying au-dessus du Mont Blanc

    Posté le 15 avril 2012

    « Le speed riding (ou Speed Flying) est un sport de pleine nature associant le ski, le parapente et le parachutisme et dont le principe est de descendre les pentes enneigées équipé d’une paire de skis, d’une sellette et d’une voile de faible surface, en alternant la glisse et le vol, pour accéder à des endroits qui n’étaient pas accessibles par les moyens traditionnels » [Wikipedia]

  • Saturne et 6 de ses lunes

    Posté le 15 avril 2012

    Combien Saturne a-t-elle de lunes ? Jusqu’à présent on en a découvert 62. La plus petite fait moins d’un kilomètre de diamètre. Sur cette photo prise le 9 mars 2012 on peut voir Saturne entourée de 6 de ses plus grosses lunes.


    De gauche à droite on peut voir Titan (5151 km de diamètre), Mimas (398 km), Téthys (1073 km), Saturne (120 540 km), Encelade (505 km), Dione (1125 km) et Rhéa (1529 km). A titre de comparaison, le diamètre de la Lune est de 3475 km et celui de Mercure est de 4879 km.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Quand un Trou Noir dévore une Etoile

    Posté le 4 avril 2012

    Le 28 mars 2011, l’observatoire spatial Swift a détecté d’intenses rayons X provenant de la constellation du Dragon. Les astronomes ont rapidement réalisé que la source, connue par Swift par l’identification J1644+57, était le résultat d’un évènement extraordinaire : le réveil d’un trou noir qui n’avait rien trouvé de mieux qu’une étoile pour son petit déjeuner. La galaxie à laquelle ce trou noir appartient est si lointaine que le rayonnement de l’explosion a voyagé 3,9 milliards d’années avant d’atteindre la Terre.

    La plupart des galaxies, y compris la notre, possèdent un trou noir supermassif en leur centre. Un trou noir dont la masse est des millions de fois celle de notre Soleil. Celui de la galaxie Swift J1644+57 pourrait avoir une masse 2 fois plus importante que Sagittarius A*, le trou noir supermassif de notre Voie Lactée qui a une masse de 4 millions de fois celle du Soleil.

    Lorsqu’une étoile tombe vers un trou noir, elle est déchirée par d’intenses forces de marée. Le gaz devient un disque tourbillonnant autour du trou noir et s’échauffe rapidement à des températures de millions de degrés.

    Le gaz situé au plus près de l’horizon du trou noir tombe en spirale. Son mouvement rapide et son magnétisme créent 2 « entonnoirs » opposés à travers lesquels des particules peuvent s’échapper. Des jets de particules, qui entrainent la matière à des vitesses supérieures à 80-90% de la vitesse de la lumière, se forment le long de l’axe central du trou noir. Dans le cas de Swift J1644+57, il se trouve qu’un de ces jets pointe directement vers la Terre.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Un Tour de la Planète Mars

    Posté le 4 avril 2012

    Cette animation montre les caractéristiques principales de la planète Mars. On voit d’abord la région de Olympus Mons ainsi que Valles Marineris. On s’arrête ensuite au pôle Sud. En remontant vers le pôle Nord on peut voir le Bassin d’Hellas. On termine par le pôle Nord.


    De gauche à droite : la région de Olympus Mons, Valles Marineris et le Bassin d’Hellas