Nullius In Verba
  • Planck – Une carte détaillée qui nous donne de nouvelles informations sur notre Univers

    Posté le 22 mars 2013

    L’ESA a dévoilé la carte la plus détaillée du fond diffus cosmologique (CMB), résultat du sondage du télescope spatial Planck, successeur des télescopes COBE et WMAP. Cette carte se base sur les données des 15,5 premiers mois d’observation. Les données complètes seront révélées en 2014.

    Planck avait terminé son observation du fond diffus cosmologique le 14 janvier 2012.

    Les informations extraites de cette nouvelle carte fournissent une excellente confirmation du modèle standard de la cosmologie avec une précision sans précédent. Cette précision a permis de révéler certaines caractéristiques inexpliquées qui pourraient bien nécessiter une nouvelle physique pour être comprises.

    L’un des résultats les plus surprenants est que les fluctuations de températures du CMB à de grandes échelles angulaires ne correspondent pas à celles prédites par le modèle standard. Leur signal n’est pas aussi fort que le laisserait prévoir la structure à plus petite échelle que Planck a mise en évidence.

    Une autre surprise est une asymétrie dans les températures moyennes des hémisphères opposés du ciel qui va à l’encontre de la prédiction selon laquelle l’Univers, à de grandes échelles, devrait avoir la même apparence quelle que soit la direction d’observation (isotropie). Il y a également un point froid qui s’étend sur une partie du ciel beaucoup plus importante que ce que l’on pensait. L’asymétrie et le point froid avaient déjà été repérés par WMAP, le prédécesseur de Planck, mais ils ont été largement ignorés en raison des doutes concernant leur origine cosmique.

    « Le fait que Planck ait fait une découverte aussi significative de ces anomalies efface tout doute concernant leur réalité; on ne peut plus dire qu’il s’agit d’artefacts des mesures. Elles sont bien réelles et nous devons trouver une explication crédible » explique Paolo Natoli de l’Université Ferrara (Italie)

    Une manière d’expliquer ces anomalies est de proposer que l’Univers n’est pas isotrope à la plus grande échelle que nous pouvons observer. Dans ce scénario, les rayons de lumière du CMB ont pu voyager à travers l’Univers en empruntant un chemin plus complexe que ce que l’on pensait, entrainant ces motifs inhabituels observés par Planck.

    Il faudrait un nouveau modèle pour pouvoir prédire ces anomalies et les relier. Les scientifiques ne savent pas si cela est possible et quel type de nouvelle physique cela requerrait.

    En dehors de ces anomalies, les données de Planck sont conformes aux attentes.

    – La matière ordinaire (étoiles et galaxies) représente 4,9% de la densité de l’Univers.
    – La matière noire représente 26,8% (plus que prévu).
    – L’énergie noire représente 68,3% (moins que prévu).
    – La vitesse d’expansion de l’Univers est de 67,15 kilomètres par seconde par mégaparsec, nettement inférieure à la valeur standard actuelle en astronomie.
    – L’Univers serait âgé de 13,82 milliards d’années (13,75 milliards d’années selon WMAP)

    Source : ESA


    3 Trackbacks / Pingbacks

    Laisser une réponse