Nullius In Verba
  • L’astéroïde 1998 QE2 fait 9 fois la taille du navire Queen Elisabeth 2 et a sa propre lune

    Posté le 31 mai 2013

    Asteroide-1998QE2

    Aujourd’hui, 31 mai 2013, l’astéroïde 1998 QE2 va passer à 5,8 millions de km de la Terre (environ 15 fois la distance Terre-Lune). L’approche la plus proche se produira à 4:59pm EDT (22h59 heure française). Vous pourrez suivre l’évènement en direct sur Ustream TV

    Cet astéroïde a été découvert le 19 août 1998 dans le cadre du programme LINEAR du MIT au site ETS près de Socorro (Nouveau-Mexique)

    D’une taille d’environ 2,7 km, l’équivalent de 9 paquebots Queen Elizabeth 2, l’astéroïde 1998 QE2 n’est pas nommé d’après le célèbre navire de croisière de 12 ponts. Son nom a été attribué par le Minor Planet Center de Cambridge (Massachussets) qui donne une désignation provisoire qui commence par l’année de détection suivi d’un code alphanumérique indiquant le demi-mois où il a été découvert (1ère lettre) et l’ordre chonologique dans ce demi-mois (2ème lettre).

    Lire la suite de cette entrée »

  • Soyouz est arrivé à la Station Spatiale en un temps record

    Posté le 30 mai 2013

    Soyouz-TMA-09-expedition_36L’équipage de l’expédition 36 à bord du Soyouz TMA-09M a établi un nouveau record pour le voyage le plus rapide vers la Station Spatiale Internationale.

    Du lancement jusqu’à l’amarrage il aura seulement fallu 5 heures et 39 minutes. C’est 6 minutes de moins que le précédent Soyouz qui a utilisé la nouvelle « voie rapide » à 4 orbites avant amarrage.

    Le lancement a eu lieu le 28 mai à 4:31 pm EDT (22h31 heure française).

    L’amarrage avec le module Rassvet de l’ISS a eu lieu à 10:10pm EDT (4h10 le 29 mai heure française).

    Lire la suite de cette entrée »

  • Les différents types de détecteurs de neutrinos

    Posté le 29 mai 2013

    Super-KamiokandeLes neutrinos étant invisibles aux détecteurs, les scientifiques doivent utiliser une approche indirecte : ils enregistrent les particules chargées et flashs de lumière créés lorsqu’un neutrino frappe un atome, inférant ainsi sa présence.

    Les neutrinos n’intéragissant que très rarement avec la matière, la seule manière de les détecter est de mettre beaucoup de matière sur leur passage. Super-Kamiokande, détecteur de neutrinos situé au Japon, est rempli de 50 000 tonnes d’eau. Les neutrinos (produits par l’atmosphère terrestre, venant du Soleil, et générés par un accélérateur situé à 295 km de là), intéragissent avec les molécules d’eau et produisent des particules chargées. A leur tour, ces particules produisent des flashs bleus (phénomène appelé « rayonnement de Tcherenkov »). Les capteurs de lumière situés dans le réservoir d’eau capturent et enregistrent cette lueur.

    Le détecteur NOvA en construction à Ash River (Etats-Unis, Minnesota) utilisera un scintillateur liquide, produit chimique qui émet un flash lorsqu’une particule le traverse, pour observer les neutrinos envoyés depuis le Fermilab à 800 km de là. Mesurant 15,6 m de large, 15,6 m de haut et plus de 60 m* de long, NOvA sera l’une des plus grandes structures plastiques du monde.
    Au lieu d’utiliser un grand réservoir rempli de liquide, le détecteur NOvA est très segmenté afin de récupérer plus d’informations sur les neutrinos. Les 14 000 tonnes de scintillateur liquide seront divisées en des milliers de tubes de PVC. Lorsqu’un neutrino frappera le détecteur, produisant des particules chargées et des éclairs, il sera possible de savoir précisément où l’intéraction s’est produite et dans quelle direction les particules sont allées.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Quelles sont les sources de neutrinos ?

    Posté le 28 mai 2013

    Neutrinos-coolLes scientifiques ont plusieurs choix pour étudier les neutrinos :

    – Ils peuvent utiliser ceux produits naturellement par les réactions nucléaires d’étoiles comme notre Soleil (qui produisent des neutrinos électrons), les supernovae, ou les collisions de particules cosmiques avec l’atmosphère de la Terre (qui produisent un mélange des 3 « saveurs » de neutrinos et antineutrinos).

    – Ils peuvent étudier ceux produits par les réacteurs nucléaires (neutrinos électrons). Les expériences visant à étudier ces neutrinos requièrent la construction d’un détecteur de particules près d’une centrale nucléaire. Ils fournissent des renseignements précieux sur les neutrinos et leur intéraction avec la matière.

    – Ils peuvent les produire en projetant les protons d’un accélérateur de particules sur des cibles de graphite (ou similaire). L’avantage est de pouvoir étudier aussi bien les neutrinos que les antineutrinos. Les intenses faisceaux permettent d’augmenter les chances qu’une intéraction se produise dans les détecteurs. Les accélérateurs peuvent produire des neutrinos de plus haute énergie que ceux provenant des réacteurs nucléaires ou du Soleil, ce qui est extrêmement précieux pour déterminer leur nature exacte.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Pourquoi la matière l’a-t-elle emportée sur l’antimatière ?

    Posté le 24 mai 2013

    Neutrinos-stgraalSelon notre compréhension actuelle du Big Bang, la matière et l’antimatière se sont formées en quantité égales aux débuts de l’Univers. Mais si c’était le cas, toute la matière serait déjà entré en collision avec l’antimatière. Cela aurait libéré énormément d’énergie et rempli l’Univers de lumière et de rayonnement mais il ne resterait plus de matière du tout. Pourquoi l’Univers n’est-il pas seulement constitué d’énergie ? Pourquoi est-ce que la matière et l’antimatière ne se sont pas annihilées dès leur création.

    La réponse à cette question se trouve dans ce qu’on appelle la violation de symétrie CP (charge-parité). Trouver le bon type de violation CP pour expliquer la prépondérance de la matière est une priorité absolue et les neutrinos sont les premiers candidats.

    De précédentes études ont trouvé une violation CP – une différence entre le comportement des particules et de leur antiparticules – parmi les quarks. Mais cette violation CP n’explique pas la totalité du déséquilibre matière-antimatière.

    Les neutrinos entrent en jeu parce que leur incroyable légèreté suggère, via une théorie appelée « see-saw picture », qu’ils sont les équivalents ultra-légers de particules très lourdes qui étaient présentes brièvement dans l’Univers primordial. La désintégration de ces particules lourdes pourrait avoir violé la symétrie CP d’une manière qui à conduit au déséquilibre actuel entre matière et antimatière. Si c’est bien de cette manière que le déséquilibre s’est produit, les scientifiques devraient également trouver une violation CP dans l’oscillation des neutrinos.

    Source : Symmetry Magazine