Nullius In Verba
  • Quelles sont les sources de neutrinos ?

    Posté le 28 mai 2013

    Neutrinos-coolLes scientifiques ont plusieurs choix pour étudier les neutrinos :

    – Ils peuvent utiliser ceux produits naturellement par les réactions nucléaires d’étoiles comme notre Soleil (qui produisent des neutrinos électrons), les supernovae, ou les collisions de particules cosmiques avec l’atmosphère de la Terre (qui produisent un mélange des 3 « saveurs » de neutrinos et antineutrinos).

    – Ils peuvent étudier ceux produits par les réacteurs nucléaires (neutrinos électrons). Les expériences visant à étudier ces neutrinos requièrent la construction d’un détecteur de particules près d’une centrale nucléaire. Ils fournissent des renseignements précieux sur les neutrinos et leur intéraction avec la matière.

    – Ils peuvent les produire en projetant les protons d’un accélérateur de particules sur des cibles de graphite (ou similaire). L’avantage est de pouvoir étudier aussi bien les neutrinos que les antineutrinos. Les intenses faisceaux permettent d’augmenter les chances qu’une intéraction se produise dans les détecteurs. Les accélérateurs peuvent produire des neutrinos de plus haute énergie que ceux provenant des réacteurs nucléaires ou du Soleil, ce qui est extrêmement précieux pour déterminer leur nature exacte.

    Les 2 sources de neutrinos créés par l’homme permettent de placer les détecteurs à des distances spécifiques de la source selon ce que l’on souhaite étudier, selon l’expérience que l’on souhaite réaliser. Les distances optimales peuvent aller d’une dizaine de mètres à quelques centaines de kilomètres pour les expériences sur réacteurs nucléaires, à des centaines de milliers de kilomètres pour les expériences sur les oscillations de neutrinos produits par des accélérateurs de particules.

    L’expérience LBNE du Fermilab, par exemple, aura un détecteur situé à la distance exacte où les neutrinos sont censés être les plus proches possible du mélange maximum de leurs saveurs. LBNE produira à la fois des neutrinos et des antineutrinos ce qui permettra d’explorer les différences d’intéraction entre matière et antimatière.

    Source : Symmetry Magazine

    Laisser une réponse