Nullius In Verba
  • Le télescope spatial Spitzer célèbre ses 10 ans dans l’Espace

    Posté le 27 août 2013

    Spitzer-illustrationDix ans après son lancement par une fusée Delta II, le 25 août 2003, le télescope spatial Spitzer continue à illuminer le côté sombre du cosmos avec ses yeux infrarouges.

    Le télescope a étudié les comètes et astéroïdes, compté les étoiles, scruté les planètes et galaxies et découvert des sphères de carbone en forme de ballons de football, appelées « buckyballs ». Une des tâches additionnelles qu’il devra effectuer au cours des prochaines années est d’aider la NASA à observer les candidats potentiels pour une mission consistant à rediriger et explorer un astéroïde proche de la Terre (astéroïde géocroiseur ou troyen).

    La vision infrarouge de Spitzer lui permet d’observer les zones lointaines, froides et poussiéreuses de l’Univers. Plus proche de la Terre, le télescope a étudié la comète Tempel 1 qui a été frappée par la sonde Deep Impact en 2005. Spitzer a montré que la composition de Tempel 1 ressemblait à celle de systèmes solaires au-delà du notre. Le télescope a également surpris le monde en découvrant le plus grand des anneaux de Saturne, une bande vaporeuse de glace et de particules de poussières.

    Spitzer a été le premier télescope à détecter la lumière provenant d’une exoplanète, ce qui n’était pas prévu par la mission originale. Les astronomes ont pu étudier plus précisément leur composition, révolutionnant l’étude de l’atmosphère des exoplanètes.

    D’autres découvertes incluent un recencement complet des étoiles en formation dans les nuages de gaz et de poussière proches, permettant une meilleure cartographie de la structure en bras de la Voie Lactée, et, avec le télescope Hubble, la découverte que les galaxies les plus lointaines sont plus massives et anciennes que prévu.

    En octobre prochain, Spitzer tentera des observations infrarouges d’un petit astéroïde apelé 2009 DB pour mieux déterminer sa taille afin d’assister la NASA dans son choix de candidats potentiels pour la mission de capture et de redirection.

    Spitzer était appelé « Space Infrared Telescope Facility » à l’origine mais a été renommé en l’honneur de l’astronome Lyman Spitzer. Considéré comme le père des télescopes spatiaux, Lyman Spitzer commenca dans les années 40 une campagne dont le but était de mettre des télescopes dans l’Espace, loin des effets de flou provoqués par l’atmosphère. Ses efforts ont conduit au développement et déploiement du télescope Hubble, mis en orbite en 1990.

    En prévision du lancement de Hubble, la NASA avait mis en place le programme Great Observatories (grands observatoires) afin d’envoyer 4 télescopes spatiaux conçus pour couvrir une large gamme de longueurs d’onde : Hubble, Spitzer, Chandra X-ray Observatory et le Compton Gamma Ray Observatory (ce dernier est resté en orbite du 5 avril 1991 jusqu’au 4 juin 2000).

    En 2009, Spitzer est arrivé à court de liquide de refroidissement pour refroidir ses instruments à plus grande longueur d’onde. Il est alors entré dans la phase « chaude » de sa mission.

    A voir : Galerie d’images de Spitzer

    Source : NASA JPL

    Laisser une réponse