Nullius In Verba
  • La lumière de la galaxie la plus lointaine que l’on connaisse a perçé le brouillard cosmique

    Posté le 31 octobre 2013

    Galaxie_z8_GND_5296La galaxie z8_GND_5296, qui se situe maintenant à 30 milliards d’années-lumière de la Terre, est la plus proche de l’âge sombre cosmique, une période pendant laquelle l’espace était rempli de gaz d’hydrogène neutre. Cette époque a duré pendant quelques centaines de millions d’années après le Big Bang, jusqu’à ce que les premières étoiles et galaxies commencent à émettre de la lumière. Alors qu’elles venaient à la vie, ce brouillard s’est dissipé en s’ionisant graduellement, mais nous ne savons pas exactement quand ce processus a débuté et combien de temps il a duré.

    Une des façons de le savoir est de repérer des galaxies de différentes ères cosmiques et de comprendre quelle fraction neutre de gaz est à chacune, explique Steven Finkelstein, astrophysicien de l’University du Texas à Austin et co-auteur du papier publié dans Nature.

    La lumière de la galaxie z8_GND_5296 a un redshift (décalage vers le rouge de la longueur d’onde de la lumière alors qu’elle se déplace dans l’Univers en expansion) record de 7.51. Environ 100 galaxies semblent avoir un redshift de 7 ou plus, indiquant qu’elles se sont formées pendant les 770 premières millions d’années après le Big Bang. Seulement quelques unes d’entre elles ont eu leur distance confirmée par le redshift de leur spectre, ce qui est presque toujours fait en utilisant une raie spectrale appelée Lyman alpha. La lumière de cette longueur d’onde est généralement la plus lumineuse émise par des atomes d’hydrogène et peut être absorbée ou diffusée par n’importe quel atome d’hydrogène qu’elle frappe.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Le détecteur le plus sensible du monde n’a pas (encore) détecté de particules de matière noire

    Posté le 31 octobre 2013

    LUX_Photomultipliers_square(Cet article fait suite à Matière noire : résultats très importants attendus le 30 octobre prochain)

    Après plus de 3 mois de fonctionnement, le détecteur le plus sensible du monde n’a pas détecté de matière noire.

    La matière noire, qui ne peut s’observer que par ses effets gravitationnels sur les galaxies et amas de galaxies, est la forme de matière prédominante dans notre Univers. Les WIMPs (particules massives intéragissant faiblement), qui n’intéragissent que très rarement avec la matière ordinaire, sont les principaux candidats pour la matière noire. Leur masse est inconnue mais des théories ainsi que des résultats d’autres expériences suggèrent un certain nombre de possibilités.

    LUX a un pic de sensibilité pour une masse de WIMP de 33 GeV/c2, avec une limite de sensibilité 3 fois plus importante que les précédentes expériences. LUX a également une sensibilité 20 fois plus importante que les précédentes expériences en ce qui concerne les WIMPs de masse plus faible, dont la possible détection a été suggérée par d’autres expériences. Des évènements de détection de WIMPs de faible masse détectés récemment par des détecteurs de silicium ultra froid auraient dû produire plus de 1600 évènements dans le détecteur LUX (ce qui ferait une détection toutes les 80 minutes) mais aucun signal n’a été détecté.

    Retrouvez toutes les photos du détecteur LUX sur la page Flickr de l’expérience

    Source : SanfordLab – Photo d’illustration : Détecteur LUX vu du dessous

  • Une tache solaire produit 2 éruptions de classe X dans la même journée

    Posté le 25 octobre 2013

    Taches_solaires-20131025Aujourd’hui, la nouvelle tache solaire AR1882 [que vous pouvez voir tout à fait à gauche de l’image] a produit 2 éruptions solaires de classe X : la première (de classe X1) s’est produite à 10h01 et la 2ème (de classe X2) s’est produite à 17h07.

    Ces éruptions s’ajoutent à une série d’éruptions de classe M provenant des taches solaires AR1875 et AR1877.

    D’autres éruptions sont attendues des 3 groupes de taches solaires AR1875, AR1877 et AR1882. Il y a 55% de chance qu’il y ait d’autres éruptions de type M et 10% qu’il y ait d’autres éruptions de type X au cours des prochaines 24 heures.

    Source : Spaceweather

  • Fin des opérations pour le télescope spatial Planck

    Posté le 25 octobre 2013

    Planck-CMB-illustrationLe télescope spatial Planck a été désactivé après près de 4,5 années d’étude du fond diffus cosmologique (rayonnement fossile du Big Bang) et de l’évolution des étoiles et galaxies.

    Le project scientist Jan Tauber a envoyé la dernière commande le 23 octobre à 14h10 heure française, marquant la fin des opérations pour le télescope.

    Au mois d’août dernier, en préparation de la fin des opérations, le télescope avait été déplacé de sa position opérationnelle située au point Lagrange L2 vers une zone d’attente plus éloignée, en orbite autour du Soleil.

    Le 14 janvier 2012, l’instrument HFI de Planck s’était retrouvé à court de liquide de refroidissement, mettant un terme à sa capacité d’observation du fond diffus cosmologique.

    Le 3 octobre 2013, Planck a terminé ses opérations scientifiques

    Le 19 octobre 2013, l’instrument LFI a été désactivé

    Le 21 octobre 2013, les contrôleurs de mission ont utilisé les propulseurs de Planck pour vider ses réservoirs de carburant.

    Le 23 octobre 2013, envoi de la dernière commande qui marque la fin des opérations

    Pour plus d’informations, vous pouvez lire :
    Planck a terminé son observation du fond diffus cosmologique
    Planck – Une carte détaillée qui nous donne de nouvelles informations sur notre Univers

    Source : ESA

  • Matière noire : résultats très importants attendus le 30 octobre prochain

    Posté le 24 octobre 2013

    LUX-matiere_noireLes réseaux de tubes photomultiplicateurs de l’expérience Large Underground Xenon (LUX) ont été conçus pour détecter des étincelles de lumière émises lorsque des particules de matière noire entrent en collision avec le xénon liquide. Avec 122 tubes détecteurs, LUX est beaucoup plus sensible que son concurrent le plus proche dans le domaine très concurrentiel de la recherche de la matière noire. Dans quelques jours, les physiciens du monde entier sauront si cet avantage a donné des résultats significatifs.

    Le projet, basé à la Sanford Underground Research Facility de Lead (Dakota du Sud) dévoilera ses résultats le 30 octobre. Ils devraient révéler si des signaux de matière noire détectés par d’autres expériences sont réels.

    L’expérience DAMA/LIBRA (Dark Matter Large Sodium Iodide Bulk for Rare Processes) de Gran Sasso (Italie) a rapporté un signal statistiquement significatif il y a plus de 10 ans mais les physiciens n’ont pas confirmé indépendamment ce résultat. En 2010, l’expérience Coherent Germanium Neutrino Technology basée à Soudan (Minesota) et la Cryogenic Dark Matter Search de l’Université de Californie à Berkeley ont rapporté des résultats très alléchants, bien que non convainquants statistiquement, mais un an après l’expérience XENON 100 n’a détecté aucun signe de la chose. Cela a suscité de vives discussions pour savoir si l’expérience était suffisamment sensible pour détecter les particules de matière noire plus légères qui auraient été détectées par les 2 autres expériences.

    Lire la suite de cette entrée »