Nullius In Verba
  • Un Trou de Ver entre des Particules Intriquées

    Posté le 4 décembre 2013

    PrintL’intrication quantique est un phénomène déconcertant de la mécanique quantique que Albert Einstein avait qualifié d’action fantôme à distance (spooky action at a distance).

    Des physiciens de l’Université de Washington et de l’Université de Stony Brook de New York pensent que le phénomène pourrait être intrinsèquement lié aux trous de ver, ces raccourcis hypothétiques entre un endroit de l’Univers et un autre. Le problème est qu’on ne pourrait pas voyager ou même communiquer par ces trous de ver, explique Andreas Karch, professeur de physique à l’Université de Washington.

    L’intrication quantique se produit lorsqu’une paire (ou un groupe) de particules intéragissent d’une manière qui dicte que le comportement de chacune des particules dépend du comportement de l’autre. Si l’on observe le spin de l’une des particules d’une paire de particules intriquées, l’autre particule aura instantanément un spin opposé.

    La partie « fantôme », comme les recherches l’ont confirmé, est que cette relation entre les particules reste vraie quelle que soit la distance qui les sépare (même si elles se trouvent d’un bout à l’autre de l’Univers). Si le comportement d’une des particules change, celui de l’autre change simultanément.

    Des recherches récentes indiquent que les caractéristiques d’un trou de ver sont les mêmes que si 2 trous noirs étaient intriqués puis séparés. Même si ces 2 trous noirs se retrouvaient d’un bout à l’autre de l’Univers ils seraient toujours connectés par le trou de ver.

    Si 2 trous noirs étaient intriqués, une personne située à l’extérieur d’une des ouvertures ne pourrait ni voir ni communiquer avec une personne située à l’extérieur de l’autre ouverture, explique Andreas Karch.

    La seule manière de pouvoir communiquer serait que les 2 personnes sautent à l’intérieur de leurs trous noirs respectifs. Le monde intérieur serait le même.

    Cette étude démontre une équivalence entre la mécanique quantique, qui traite des phénomènes de l’infiniment petit, et de la géométrie classique : deux machineries mathématiques différentes s’intéressent en fait au même processus physique, explique Karch. Le résultat de cette étude est un outil que les scientifiques pourront utiliser pour développer une meilleur compréhension des systèmes quantiques intriqués.

    « Nous avons simplement suivi des règles bien établies qui sont connues depuis 15 ans et nous nous sommes demandé : quelle est la conséquence de l’intrication quantique ? ».

    Le papier, intitulé « Holographic Dual of an Einstein-Podolsky-Rosen Pair has a Wormhole » a été publié dans la revue Physical Review Letters du mois de novembre

    Source : Université de Washington – Via PhysOrg


    2 Trackbacks / Pingbacks

    • […] Un Trou de Ver entre des Particules Intriquées. Pourquoi la physique quantique nous pose autant de problèmes philosophiques ? La physique quantique pose un problème fondamental : quelle est la nature de la réalité et dans quelle mesure atteignons nous cette réalité ? […]

    • […] Conjecture de protection chronologique. Paradoxe de l'information. Censure cosmique. Des trous de vers au centre des galaxies ? RadioAstron, le Hubble russe, découvrira-t-il des trous de ver ? Einstein, Dieu et la religiosité cosmique. Controverse sur la paternité de la relativité. Les constantes fondamentales de l’Univers. Trinh Xuan Thuan : L’évolution et le cosmos. Le Cosmos et le Lotus – Trinh Xuan Thuan. SUPERSCIENCE (1_9) – La Théorie de l'évolution (1_3) École de Copenhague (physique) La magie du cosmos – 4_4 – Univers ou Multivers HD 1080p (part 1/4) Un Trou de Ver entre des Particules Intriquées. […]

    Laisser une réponse