Nullius In Verba
  • Succès complet pour la mission lunaire chinoise Chang’e 3

    Posté le 16 décembre 2013

    Change3-Yutu_roverChang’e-3 est entrée dans l’orbite lunaire le 6 décembre sous le regard vigilant de la station de contrôle de Kourou (ESA) via son antenne de 15 mètres de diamètre.

    Le 14 décembre, à 14h11 heure française, l’atterrisseur s’est posé sur la surface de la Lune dans un endroit appelé Sinus Iridum (Baie des arcs-en-ciel).
    [Mise à jour 17/12 – 2h03 : Les médias locaux ont déclaré que Chang’e 3 avait bien atterri sur Sinus Iridum mais les scientifiques chinois ont depuis confirmé que l’atterrissage avait eu lieu légèrement plus à l’Est, dans la partie Nord de Mare Imbrium (Mer des pluies)]

    L’agence spatiale européenne (ESA) a assisté la Chine pour sa mission lunaire. A peine 64 minutes après le lancement du 1er décembre, la station de Kourou a commencé l’acquisition de signal provenant de Chang’e-3. Deux jours plus tard, la station relayait les données entre la mission et le Beijing Aerospace Command and Control Centre. Entre le 4 et le 7 décembre, la station a suivi Chang’e-3 pour une durée d’environ 12 heures par jour. Cette assistance de l’ESA a été coordonnée par le centre de contrôle ESTRACK à Darmstadt (Allemagne).

    Lors de la descente, c’est une antenne de 35 mètres de diamètre située à New Norcia (Australie) qui s’est ajoutée à celle de Kourou.

    L’atterrisseur a été commandé via 2 stations situées à Kashi (Ouest de la Chine) et à Jiamusi (Nord-Est de la Chine). Les opérations du rover (appelé Yutu) sur la Lune sont commandées par ces mêmes stations.

    Change3-Alunissage

    Lire la suite de cette entrée »

  • Panne sur un circuit de refroidissement de la Station Spatiale Internationale

    Posté le 12 décembre 2013

    ISS-STS133Dans la journée d’hier, le module de pompe de l’un des 2 circuits externes de refroidissement s’est arrêté automatiquement lorsqu’il a atteint les limites de température pré-établies.

    Ces circuits de refroidissement font circuler de l’ammoniac à l’extérieur de la station pour que les équipements internes et externes ne chauffent pas.

    Le problème viendrait du disfonctionnement d’une valve de contrôle de flux située dans la pompe.

    L’équipage n’a à aucun moment été en danger mais les équipes au sol ont travaillé pour que certains systèmes électriques soient raccordés au 2ème circuit de refroidissement.

    Certains systèmes non critiques situés dans le module Harmony, le laboratoire Kibo et le laboratoire Columbus ont été éteints pendant que les équipes essayent de comprendre ce qui a fait que la valve se mette à ne plus fonctionner correctement et comment réparer le problème.

    L’équipage est en sécurité. Les équipes au sol sont en train de recueillir plus de données pour déterminer quelles activités de dépannage seront nécessaires.

    Source : NASA

  • Des simulations soutiennent la théorie selon laquelle l’Univers serait un hologramme

    Posté le 11 décembre 2013

    Trou_noir-illustration

    Une équipe de physiciens a fourni quelques unes des preuves les plus claires à ce jour permettant de penser que notre Univers serait une projection holographique.

    En 1997, le physicien théoricien Juan Maldacena proposait que le modèle audacieux de l’Univers dans lequel la gravitation résulte de cordes vibrantes infiniment fines pouvait être réinterprété en termes de physique bien établie. Le monde mathématique complexe des cordes, qui existe dans 9 dimensions d’Espace et une dimension de temps ne serait qu’un hologramme : la véritable action se produirait dans un cosmos beaucoup plus simple où il n’y a pas de gravitation.

    L’idée de Maldacena a ravi les physiciens car elle offrait des bases solides à la célèbre théorie des cordes et parce qu’elle résolvait les incohérences apparentes entre la physique quantique et la théorie de la gravitation d’Einstein (la relativité générale). Elle fournissait aux physiciens une pierre de Rosette mathématique, une dualité qui leur permettait de traduire les 2 langages, de passer facilement de l’un à l’autre pour résoudre les problèmes qui semblaient insolubles dans l’un en les traduisant dans l’autre. Mais même si la validité des idées de Maldacena a été considérée comme acquise, une preuve rigoureuse était difficile à obtenir.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Une Rose d’Aurores Boréales

    Posté le 9 décembre 2013

    L’Agence Spatiale Canadienne a partagé des photos d’aurores boréales prises le 8 décembre dans le ciel de Yellowknife, capitale des Territoires du Nord-Ouest au Canada. En regardant les 2 photos je me suis dit que la combinaison ressemblerait à une rose. Voici le résultat. (photo originale 1 / photo originale 2)

    Aurore-Yellowknife-montage

  • Hologrammes, trous noirs et la nature de l’Univers

    Posté le 8 décembre 2013

    Horizon_des_evenements

    Ce que l’on appelle le « principe holographique » est l’idée selon laquelle notre réalité en 3 dimensions serait en fait une projection de l’information stockée sur une surface lointaine à 2 dimensions. Tout comme l’emblème de votre carte de crédit, la surface 2D contient toute l’information nécessaire pour décrire un objet 3D, qui, dans le cas qui nous intéresse, est notre Univers. C’est seulement lorsqu’il est illuminé que l’hologramme révèle une image en 3 dimensions.

    Cette hypothèse soulève un certain nombre de questions : si notre Univers est une projection holographique, où se situe la surface à 2 dimensions qui contient toute l’information le décrivant ? Qu’est-ce qui illumine sa surface ? Qu’est-ce qui motiverait les physiciens à s’intéresser à quelque chose d’aussi étrange ? La réponse à cette dernière question a un rapport avec les trous noirs, qui se révèlent être des moyens de stockage de l’information de l’Univers. Pour comprendre pourquoi, il nous faut voyager au plus près d’un trou noir.

    Peu importe le trou noir que nous choisissons parce qu’ils se ressemblent essentiellement tous. Seulement quelques paramètres les distinguent : leur masse, leur charge électrique et leur moment angulaire. Une fois que l’on connait tous ces paramètres, on sait tout ce qu’il y a à savoir. L’information qui nous permettrait de savoir l’âge d’un trou noir ou bien ce qu’il a englouti depuis sa création est inaccessible. Quel que soit ce qui peut bien se trouver à l’intérieur, cela n’a aucun effet sur ce à quoi il ressemble de l’extérieur.

    Lire la suite de cette entrée »