Nullius In Verba
  • L’élément 117 a été confirmé

    Posté le 3 mai 2014

    Element_117

    L’élément 117, découvert en 2010 par des scientifiques du laboratoire Lawrence Livermore (LLNL) et des collaborateurs internationaux, se rapproche de l’obtention d’un nom officiel.

    Cet élément possède la dénomination temporaire « Ununseptium » et le symbole temporaire (Uus)

    L’existence de l’élément 117, et sa chaine de désintégration vers les éléments 115 et 113, a été confirmée par une 2ème équipe internationale dirigée par des scientifiques du GSI Helmholtz Centre for Heavy Ion Research, un laboratoire situé à Darmstadt en Allemagne. Les résulats ont été publiés dans le journal Physical Review Letters

    L’Union internationale de chimie pure et appliquée (IUPAC) doit maintenant accepter cette confirmation. L’IUPAC va examiner les résultats des 2 laboratoires et décider si de nouvelles expériences sont nécessaires avant de valider la découverte de l’élément 117. Après acceptation, l’IUPAC déterminera quelle institution pourra proposer un nom pour cet élément.

    Dans l’expérience allemande, les scientifiques ont bombardé une cible de berkelium avec des ions de calcium jusqu’à ce qu’ils entrent en collision et forment l’élément 117. Cet élément se désintègre ensuite en éléments 115 et 113. Narek Gharibyan et Dawn Shaughnessy, chercheurs au laboratoire Livermore, et l’étudiant postdoctoral Evgeny Tereshatov ont participé à l’expérience allemande.

    Le laboratoire Lawrence Livermore a fait équipe avec le Joint Institute for Nuclear Research in Russia (JINR) pour découvrir en 2004 les éléments 113 et 115. Cette équipe LLNL/JINR a ensuite travaillé avec des chercheurs du Research Institute for Advanced Reactors (Dimitrovgrad), Oak Ridge National Laboratory, l’Université Vanderbilt et l’Université du Nevada à Las Vegas, pour découvrir l’élément 117 en 2010.

    Les éléments situés au-delà du numéro atomique 104 sont appelés des éléments super-lourds. Ceux qui ont la durée de vie la plus longue se situeraient sur l’hypothétique « îlot de stabilité » où l’on devrait découvrir des noyaux à durée de vie extrêmement longue.

    On n’a jamais trouvé d’éléments super-lourds dans la nature mais ils peuvent être produits en accélérant des faisceaux de noyaux sur des cibles d’éléments les plus lourds possibles. La fusion de 2 noyaux, évènement très rare, produit occasionnellement un élément super-lourd. Ils n’existent généralement que pendant un temps très court.

    Source : LLNL

    Laisser une réponse