Nullius In Verba
  • Première mondiale : Mesure directe de l’énergie solaire grâce aux neutrinos

    Posté le 27 août 2014

    EPSON DSC pictureL’expérience Borexino du laboratoire souterrain de Gran Sasso (Italie) a permis d’observer quasiment en temps-réel le flux de neutrinos de basse énergie, appelés neutrinos pp, provenant du Soleil.

    Il s’agit d’une prouesse car le détecteur Borexino est le seul au monde à avoir mesuré le flux de ces neutrinos pp, les plus nombreux mais les plus difficiles à détecter. Cela a été possible grâce à son emplacement sous 1400 mètres de roches qui absorbent les rayons cosmiques, et grâce à la haute technologie développée qui permet de supprimer les traces de radioactivité à un niveau encore jamais atteint (10 milliards de fois moins de radioactivité que dans un verre d’eau).

    L’énergie du Soleil provient (pour plus de 99%) de la fusion de noyaux d’hydrogène (protons) en son centre. Cette réaction primordiale transforme deux protons en un noyau de deutérium en émettant un positron et un neutrino de basse énergie. Le détecteur Borexino a réussi la première mesure directe du flux de ces neutrinos pp.

    Une fois produits, les neutrinos franchissent en quelques secondes le plasma solaire et arrivent sur Terre 8 minutes plus tard. Mais l’énergie produite par la réaction (transportée sous forme de photons) va mettre entre 100 000 et 200 000 ans pour traverser la matière dense du Soleil avant de pouvoir voyager vers la Terre. Pour résumer, les neutrinos observés par Borexino nous montrent ce qui se passe aujourd’hui au centre de notre Soleil alors que l’énergie solaire qui nous réchauffe a été produite il y a très longtemps.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Sites d’atterrissage des missions vers Mars

    Posté le 23 août 2014

    Mars-sites_d_atterrissageCette animation montre les sites d’atterrissage des missions Viking 1 et Viking 2 (1975), Pathfinder (1996), Spirit et Opportunity (2003), Phoenix (2007), et Curiosity (2012).

    Les données de la sonde Mars Global Surveyor ont été utilisées pour créer les détails de la topographie et les couleurs de surface de cette animation.

  • Propulseur de l’impossible : 10 choses à savoir

    Posté le 7 août 2014

    Questions-reponses

    L’article de Wired UK de la semaine dernière (La NASA valide un système de propulsion dont le fonctionnement est théoriquement impossible) a déclenché un flot de commentaires. D’un côté des questions bien compréhensibles de véritables sceptiques (personnes qui cherchent à connaitre la vérité, sans préjugés) et de l’autre un flot de critiques qui méprisaient très clairement les inventeurs du nouveau propulseur testé et validé par une équipe de la NASA car il semble ne pas respecter les lois de la physique.

    Ci-dessous, les 10 réponses de Wired UK aux questions les plus fréquemment abordées

    1 – Une force de poussée si faible n’est-elle pas probablement le fruit d’une erreur expérimentale ?

    L’équipement utilisé pouvait mesurer des forces de moins de 10 micronewtons et la poussée était plusieurs fois plus importante.

    Le banc d’essai a été soigneusement conçu pour enlever toute source possible d’erreur. Le seul clapoti des vagues du Golfe du Mexique à 40 km de là auraient pu apparaitre sur les capteurs, c’est pourquoi le dispositif a été mis en flotaison pneumatique pour éviter toute influence. Le dispositif a été complètement scellé, l’alimentation et les signaux passant à travers des contacts de métal liquide pour éviter toute transmission de force par l’intermédiaire des câbles.

    Une attention similaire a été portée à tout autre facteur pouvant influencer le résultat. Tout a été blindé contre des effets électromagnétiques. Il se peut évidemment qu’il y ait une faille quelque part mais les expérimentateurs de la NASA semblent avoir été les plus scrupuleux possibles.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Rosetta devient la première sonde spatiale à se mettre en orbite autour d’une comète

    Posté le 6 août 2014

    Comete_67P-20140803

    Rosetta vient enfin d’atteindre sa comète cible, située actuellement à 405 millions de kilomètres de la Terre, après 10 ans de voyage à travers l’Espace.

    La comète 67P/Churyumov–Gerasimenko se déplace dans notre système solaire à une vitesse de 55 000 km/h sur une orbite élliptique qui lui prend 6,5 ans pour faire le tour du Soleil. Rosetta va maintenant l’accompagner pendant plus d’un an lors de son passage près du Soleil puis vers Jupiter.

    Lire la suite de cette entrée »

  • La NASA valide un système de propulsion dont le fonctionnement est théoriquement impossible

    Posté le 1 août 2014

    Cannae_Drive

    Tout le monde le sait, la NASA est un acteur majeur dans les sciences de l’Espace. Quand une équipe de l’agence présente des preuves démontrant que les propulseurs à micro-ondes, qui sont théoriquement impossibles, semblent fonctionner, on comprend qu’on à affaire à quelque chose de très spécial. Soit les résultats sont complètement faux, soit la NASA a confirmé une percée majeure dans le domaine de la propulsion spatiale.

    Le scientifique britannique Roger Shawyer a essayé d’intéresser les gens à son EmDrive depuis quelques années via son entreprise SPR Ltd. Il affirme qu’il peut convertir de l’énergie électrique en force de poussée sans utiliser d’agent propulseur en faisant rebondir des micro-ondes dans un récipient fermé.

    Il a fabriqué de nombreux systèmes de démonstration mais les critiques rejettent sa théorie en insistant que, selon la loi de conservation de la quantité de mouvement, cela ne peut pas fonctionner.

    Selon les bonnes pratiques scientifiques, un tiers indépendant doit répliquer les résultats de Shawyers. Wired.co.uk a rapporté que cela s’est produit l’année dernière lorsqu’une équipe chinoise a fabriqué son propre EmDrive et a confirmé la production de 720 mN (environ 72g) de poussée, suffisante pour une propulsion satellite. Un tel propulseur pourrait être alimenté par de l’électricité solaire, éliminant le besoin de fournir un agent propulseur qui occupe la moitié de la masse de lancement de nombreux satellites. Ce travail chinois a attiré peu d’attention. Il semble que personne en occident n’y ait cru.

    Cependant, le scientifique américain Guido Fetta a fabriqué son propre propulseur à micro-ondes et a persuadé la NASA de la tester. Les résultats de ce test ont été présentés le 30 juillet lors de la 50ème Joint Propulsion Conference de Cleveland (Etats-Unis, Ohio). Aussi étonnant que cela puisse paraitre, ils sont positifs.

    Lire la suite de cette entrée »