Nullius In Verba
  • La NASA valide un système de propulsion dont le fonctionnement est théoriquement impossible

    Posté le 1 août 2014

    Cannae_Drive

    Tout le monde le sait, la NASA est un acteur majeur dans les sciences de l’Espace. Quand une équipe de l’agence présente des preuves démontrant que les propulseurs à micro-ondes, qui sont théoriquement impossibles, semblent fonctionner, on comprend qu’on à affaire à quelque chose de très spécial. Soit les résultats sont complètement faux, soit la NASA a confirmé une percée majeure dans le domaine de la propulsion spatiale.

    Le scientifique britannique Roger Shawyer a essayé d’intéresser les gens à son EmDrive depuis quelques années via son entreprise SPR Ltd. Il affirme qu’il peut convertir de l’énergie électrique en force de poussée sans utiliser d’agent propulseur en faisant rebondir des micro-ondes dans un récipient fermé.

    Il a fabriqué de nombreux systèmes de démonstration mais les critiques rejettent sa théorie en insistant que, selon la loi de conservation de la quantité de mouvement, cela ne peut pas fonctionner.

    Selon les bonnes pratiques scientifiques, un tiers indépendant doit répliquer les résultats de Shawyers. Wired.co.uk a rapporté que cela s’est produit l’année dernière lorsqu’une équipe chinoise a fabriqué son propre EmDrive et a confirmé la production de 720 mN (environ 72g) de poussée, suffisante pour une propulsion satellite. Un tel propulseur pourrait être alimenté par de l’électricité solaire, éliminant le besoin de fournir un agent propulseur qui occupe la moitié de la masse de lancement de nombreux satellites. Ce travail chinois a attiré peu d’attention. Il semble que personne en occident n’y ait cru.

    Cependant, le scientifique américain Guido Fetta a fabriqué son propre propulseur à micro-ondes et a persuadé la NASA de la tester. Les résultats de ce test ont été présentés le 30 juillet lors de la 50ème Joint Propulsion Conference de Cleveland (Etats-Unis, Ohio). Aussi étonnant que cela puisse paraitre, ils sont positifs.

    L’équipe de la NASA basée au Johnson Space Center a donné à sa publication le titre de “Anomalous Thrust Production from an RF [radio frequency] Test Device Measured on a Low-Thrust Torsion Pendulum”. Les 5 chercheurs ont passé 6 jours à mettre en place les équipements de test suivis de 2 jours d’expériences avec diverses configurations.

    La balance de torsion utilisée pour tester la force de poussée était suffisamment sensible pour détecter une poussée de moins de 10 micronewtons, mais le propulseur a produit 30 à 50 micronewtons. Bien que cela corresponde à moins d’un millième de la poussée rapportée par les chinois il s’agit quand même d’un résultat positif, en dépit de la loi de conservation de la quantité de mouvement.

    “Les résultats indiquent que le design du propulseur à cavité de résonance RF, qui est unique comme système de propulsion électrique, produit une force qui n’est pas attribuable à un quelconque phénomène d’électromagnétique classique et démontre donc potentiellement une interaction avec le plasma virtuel du vide quantique”

    Cette dernière ligne implique que ce propulseur pourrait fonctionner en effectuant une poussée contre les particules dites virtuelles (elles apparaissent pour aussitôt s’annihiler avec leur antiparticules). Il utiliserait en fait l’énergie du vide. Mais l’équipe de la NASA a évité d’essayer d’expliquer ses résultats pour ne rapporter que ce qu’ils ont découvert : “Ce papier ne traitera pas de la physique du propulseur à plasma du vide quantique mais décrira plutôt le test d’intégration, les opérations de test et les résultats obtenus lors de la campagne de test”.

    Son inventeur Guido Fetta l’appelle le “Cannae Drive” en référence à la bataille de Cannes, bataille de la 2ème guerre punique qui opposait Rome à Carthage, dans laquelle Hannibal a réussir à défaire l’armée romaine beaucoup plus forte : Ce n’est que lorsque vous êtes acculés que vous donnez le meilleur de vous même. Mais on ne peut s’empêcher de suspecter que Montgomery Scott, ingénieur en chef de l’Enterprise NCC-1701, puisse avoir eu une influence avec son « I cannae change the laws of physics”

    A l’AIAA (The American Institute of Aeronautics and Astronautics) http://www.aiaa.org, Guido Fetta a également présenté un papier intitulé “Numerical and Experimental Results for a Novel Propulsion Technology Requiring no On-Board Propellant”. Sa théorie est très différente de celle de l’EmDrive mais, comme Shawyer, il a passé des années à essayer de persuader les sceptiques à simplement y jeter un oeil. Il y est finalement parvenu apparemment.

    Mais Shawyer lui-même, qui a envoyé des exemplaires de test de l’EmDrive aux Etats-Unis en 2009, voit une similarité entre les deux.

    “D’après ce que je comprends du travail de la NASA et de Cannae, leur propulseur RF fonctionne de la même manière que l’EmDrive à l’exception du fait que la force asymétrique provient d’un coefficient de réflexion réduit à l’une des plaques de fond”. Il pense que la conception explique la poussée comparativement faible du propulseur Cannae.

    On peut s’attendre à ce que ces résultats soient examinés de très près.

    Un propulseur à micro-ondes fonctionnel permettrait de réduire radicalement le coût des satellites et des stations spatiales et prolonger leur durée de vie, permettre des missions dans l’Espace lointain et emmener des astronautes sur Mars en quelques semaines au lieu de plusieurs mois.

    Source : Wired UK


    2 Trackbacks / Pingbacks

    Laisser une réponse