Nullius In Verba
  • Intelligence Artificielle – L’origine de la peur

    Posté le 28 mai 2015

    Intelligence_artificielle

    L’intelligence artificielle inquiète* des personnalités très connues telles que Stephen Hawking, Elon Musk et Bill Gates. Quelle en est la raison ?

    Personne n’a encore compris ce qu’était la conscience mais on s’inquiète déjà que l’intelligence artificielle puisse aboutir à une conscience. On arrive ici à la frontière entre science et philosophie.

    Se poser la question de savoir si l’intelligence artificielle peut développer une conscience et devenir autonome est une question philosophique qui oppose les matérialistes aux idéalistes. On n’est plus dans le domaine de la science mais dans celui de la philosophie.

    Les matérialistes pensent que la conscience est le fruit de la matière, qu’elle peut surgir de l’activité biologique (ou autres interactions de la matière). Les idéalistes (dualistes), quant à eux, pensent que la conscience est le fruit de l’activité de l’esprit, qui peut exister indépendamment du corps.

    Pour l’instant personne ne peut prouver quoi que ce soit de manière scientifique mais il y aura peut-être un jour un moyen d’apprendre des choses grâce à la science et la technologie : Si on remplace chaque élément du corps par une pièce mécanique, pour transformer peu à peu un être humain en cyborg, à partir de quel moment perdra-t-il sa personnalité ? A partir de quel moment perdra-t-il conscience ? Est-ce qu’une réplique exacte d’un cerveau humain (matériellement et avec toutes les “données” qui y sont présentes) permettra de faire vivre un être humain éternellement dans ce monde ?

    Lire la suite de cette entrée »

  • IBM démontre une technique cruciale au développement de l’informatique quantique

    Posté le 4 mai 2015

    IBM-informatique_quantique

    La nouvelle puce ultraconductrice réalisée par IBM représente une étape importante qui est nécessaire au développement de processeurs qui peuvent traiter l’information en utilisant ce qu’on appelle la bizarrerie quantique. Les ordinateurs quantiques permettront de réaliser des calculs extrêmement complexes qui prendraient des années aux plus puissants des supercalculateurs actuels.

    Cette nouvelle puce est la première à intégrer des qubits dans une grille (2×2).

    Un qubit en informatique quantique est l’équivalent du bit en informatique classique. C’est la plus petite unité d’information. Les chercheurs pensent que l’une des meilleures manières pour réaliser un ordinateur quantique serait de créer des grilles comportant des centaines ou des milliers de qubits qui fonctionneraient ensemble. Les circuits de la puce d’IBM sont composés de matériaux qui deviennent supraconducteurs lorsqu’ils sont refroidis à des températures extrêmement basses, proches du zéro absolu.

    La puce d’IBM contient la grille la plus basique possible : 4 qubits disposés en une grille de 2×2. Précédemment les chercheurs avaient seulement démontré le fonctionnement de qubits disposés en ligne. Contrairement aux bits conventionnels, les qubits peuvent se trouver dans un état de superposition dans lequel on a un 1 et un 0 en même temps. On a donc 3 états possibles (0, 1, et cet état de superposition) au lieu de 2 (0 et 1) pour l’informatique classique. Google, la NASA, Microsoft, IBM, et le gouvernement des Etats-Unis travaillent tous sur cette technologie.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Qu’est-ce qui détermine la masse d’une particule dans la Théorie des Cordes ?

    Posté le 1 mai 2015

    Brian_Greene-Theorie_des_cordesLa tension des cordes est un paramètre crucial parce que, lorsque l’on imagine une particule qui résulte du mouvement vibratoire d’une corde, l’énergie du mouvement vibratoire correspond à la masse de la particule. C’est fondamentalement l’expression de la célèbre équation E=mc2 de Einstein : l’énergie de la corde (E) est la masse de la particule (m).

    Une corde qui n’est pas très tendue et oscille amplement n’a pas beaucoup d’énergie. Mais une corde raide et dure comporte beaucoup d’énergie lorsqu’elle se met à vibrer.

    Cette tension est ce qui nous permet, à partir du type de vibration, de déterminer l’énergie et donc la masse de la particule correspondante.

    World Science U, Brian Greene