Nullius In Verba
  • Ravines de la planète Mars : la glace carbonique, et non pas l’eau liquide, serait responsable de leur formation

    Posté le 21 décembre 2015

    Mars-Ravines
    Exemples de ravines martiennes, dont l’origine a été longtemps attribué à l’action de l’eau liquide, mais qui serait en fait généré par les effets de la glace de CO2 à la fin de l’hiver. Sur l’image de droite, les dunes du cratère de Russel (54.3°S-12.9°E) sont ici partiellement couvertes de glace de CO2. Image de gauche: des ravines sinueuses sur les flancs d’un cratère dans le bassin de Newton (41°S-202°E)
    Version haute résolution
    http://static.uahirise.org/images/wallpaper/2880/ESP_034234_1255.jpg
    http://hirise.lpl.arizona.edu/PSP_003464_1380

    Credit : NASA/JPL/University of Arizona

    Les ravines observées sur Mars seraient produites par l’action de la glace de CO2 en hiver ou au printemps, et non par des écoulements d’eau liquide, comme avancé jusqu’ici. C’est la conclusion d’une étude menée par deux chercheurs français publiée le 21 décembre dans Nature Geoscience . Ils montrent que sous la glace de CO2 chauffée par le Soleil, d’intenses mouvements de gaz peuvent déstabiliser et fluidifier le sol jusqu’à créer des coulées semblables à celles générées par un liquide.

    Depuis 2000, les caméras embarquées sur les satellites en orbite autour de la planète Mars nous ont envoyé de multiples images montrant la présence de chenaux et de cônes de débris, semblables à ceux créés sur Terre par l’action de l’eau liquide sur les pentes d’éboulis, avec parfois un parcours sinueux. La formation de ces ravines semblait récente, âgées de quelques millions d’années à seulement quelques années. Elles relançaient l’idée que des quantités non négligeables d’eau liquide potentiellement propice à une forme de vie pouvaient se former sur la planète Mars aujourd’hui.

    Le rôle de l’eau liquide dans la genèse des ravines a récemment été remis en question par des clichés de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA. Ils ont révélé la formation de nouveaux chenaux, à des saisons où les températures sont beaucoup trop basses pour imaginer que de l’eau, même salée, puisse contribuer à un écoulement liquide. Par contre, le creusement des nouveaux chenaux semblait se dérouler lorsque que de la glace carbonique (formée par la condensation de l’atmosphère de CO2 sur la surface pendant l’hiver martien) était présente. Peut-on lier les deux phénomènes ? Si oui, comment expliquer qu’une fine couche de glace carbonique de quelques dizaines de centimètres d’épaisseur puisse créer des coulées de dix à vingt mètres de largeur, bordées par des amoncellements d’éboulis atteignant un mètre de haut ?

    Lire la suite de cette entrée »