Nullius In Verba
  • IBM Watson – Le Supercalculateur Intelligent de IBM

    Posté le 22 février 2016

    IBM Watson

    Watson est un supercalculateur de IBM qui combine l’intelligence artificielle avec un logiciel d’analyse sophistiqué. Il a été nommé d’après Thomas J. Watson, PDG de IBM de 1914 à 1956 et inventeur du slogan “Think” de l’entreprise.

    Watson est connu pour avoir, en 2011, remporté le Jeopardy contre 2 des meilleurs joueurs. Depuis, le supercalculateur est devenu 24 fois plus rapide et 90% plus petit. A l’époque il faisait la taille d’une chambre à coucher et maintenant il fait la taille de 3 boites de pizza empilées.

    Les supercalculateurs les plus rapides du monde utilisent Linux comme système d’exploitation. IBM Watson ne fait pas exception : il est constitué d’un cluster de serveurs Power 750 et utilise le logiciel DeepQA sous SUSE Linux Enterprise Server 11.

    Watson analyse les données non structurées. Ces données non structurées peuvent être des articles, rapports de recherche, publications sur les réseaux sociaux, etc. En fait, toutes les données générées par des humains et pour des humains. Et c’est important car 80% des données ne sont pas structurées.

    Lire la suite de cette entrée »

  • IBM dévoile son nouveau mainframe z13s

    Posté le 16 février 2016

    IBM_z13s_Mainframe

    IBM vient aujourd’hui de dévoiler un nouveau mainframe (ordinateur central), destiné aux entreprises de taille moyenne, qui apporte la sécurité de cryptage des données sans ralentir les performances système. Il peut traiter 2,5 milliards de transactions par jour.

    Le nouveau système, IBM z13s, dispose de fonctionnalités de cryptographie avancées qui ont été intégrées au matériel. Cela permet de chiffrer et déchiffrer les données 2 fois plus rapidement qu’avec les mainframes de précédente génération, protégeant l’information sans compromettre la performance. Un système d’authentification multi-facteurs a également été intégré au système d’exploitation z/OS

    Lire la suite de cette entrée »

  • Les vagues du tissu de l’Espace-Temps ont été détectées

    Posté le 14 février 2016

    Ondes_gravitationnelles

    Un siècle après leur prédiction par Albert Einstein, les ondes gravitationnelles ont finalement été détectées.

    La théorie de la relativité générale de Einstein prédit que tout évènement cosmique qui perturbe le tissu de l’Espace-Temps avec suffisamment de force devrait produire des ondulations gravitationnelles qui se propagent dans l’Univers.

    Vous pouvez penser à ces ondes comme à des vagues que l’on peut observer à la surface d’un étang lorsqu’on y jette une pierre par exemple.
    Mais ce qui est assez incroyable c’est que le tissu de l’Espace-Temps (ou l’Espace pour parler plus simplement) n’est pas une substance. On ne détecte pas le tissu de l’Espace-Temps, on détecte seulement l’attraction gravitationnelle dûe à la présence de masses qui déforment l’Espace. Et l’on vient de détecter des ondes gravitationnelles car elles ont provoqué une déformation ponctuelle de l’Espace que les instruments des interféromètres laser jumeaux appelés LIGO ont pu observer.

    « Comment donner un sens à quelque chose qui semble n’être rien ? L’Espace est l’un des plus grands mystères de la physique » – Lisez « Qu’est-ce que l’Espace ? » pour en savoir plus

    La Terre devrait être inondée de ces ondes mais, le temps qu’elles nous atteignent, elles s’affaiblissent beaucoup trop pour être détectables.

    C’est le 11 février dernier que les physiciens du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory) ont révélé que leurs détecteurs ont observé des ondes gravitationnelles provenant de la collision de 2 trous noirs situés à 1,3 milliards d’années-lumière de la Terre.
    L’un des trous noirs est d’environ 36 masses solaires et le 2ème de 29 masses solaires. Leur collision les a fait fusionner en un seul trou noir de 62 masses solaires.

    Cette découverte a été faite avant même que la version améliorée de LIGO (Advanced LIGO) entre officiellement en service. C’est le 14 septembre 2015 à 11h50 heure française que Marco Drago du Max Planck Institute for Gravitational Physics de Hanovre (Allemagne) a observé un étrange signal (GW150914) sur son ordinateur. Le logiciel qui analyse les données en temps réel indiquait que les 2 interféromètres avaient observé une onde ressemblant au gazouillis d’un oiseau avec une fréquence qui augmentait rapidement.

    Lire la suite de cette entrée »