Nullius In Verba
  • Le Premier Satellite Quantique

    Posté le 31 août 2016

    Satellite_quantique

    Le satellite quantique chinois de 600 Kg appelé officiellement QUESS (Quantum Experiments at Space Scale), et surnommé Micius (ou Mozi) en hommage à un philosophe et scientifique chinois, a été lancé le 16 août dernier par une fusée Long March 2D à partir du Jiuquan Satellite Launch Center. Sa mission, d’une durée de 2 ans, est de développer un système de communication quantique impossible à pirater, basée sur 2 concepts que sont la superposition et l’intrication quantique. Elle inclut l’établissement d’un réseau de distribution de clés quantiques ainsi que des expériences de physique quantique.

    Le principe de superposition affirme qu’une particule peut être dans plusieurs états simultanément tant qu’aucune mesure n’est effectuée. Dès qu’une mesure est effectuée, la particule se retrouve dans un des états possibles. Ce principe est bien illustré par l’expérience des fentes de Young et l’expérience de pensée du chat de Schrödinger.

    L’intrication quantique c’est 2 particules qui forment une seule superposition. Ces particules intriquées forment une seule entité : changer l’état d’une particule change simultanément celui de l’autre, quelle que soit la distance.
    Des chercheurs ont déjà testé l’intrication quantique sur une distance de 143 km entre les îles Canaries (en 2012) mais l’expérience chinoise entre Beijing et Vienne s’effectue sur une distance de 1200 km.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Une Galaxie Composée Presque Intégralement de Matière Noire

    Posté le 31 août 2016

    Galaxie_de_matiere_noire

    Des astronomes ont détecté une galaxie de très faible luminosité qui pourrait être quasiment intégralement constituée de matière noire.

    Ce proche groupe d’étoiles surnommé Dragonfly 44, et situé à environ 300 millions d’années-lumière de la Terre dans la constellation de la Chevelure de Bérénice, a été découvert l’année dernière.

    Ces étoiles orbitent autour du centre de la galaxie beaucoup plus rapidement que prévu, selon l’estimation de la quantité de matière visible. Cela suggère que la galaxie Dragonfly 44 est beaucoup plus massive que ce que l’on peut observer.
    Elle contient une masse estimée à 1012 soleils (presque comme notre Voie Lactée) et contient environ 99,99% de matière noire, selon les résultats publiés par les chercheurs dans Astrophysical Journal Letters

    En étudiant cette galaxie de manière plus approfondie, les chercheurs espèrent pouvoir être en mesure de comprendre la matière noire.

    Source : Science Mag

  • Détection d’un signal radio puissant en provenance d’une étoile similaire à notre Soleil

    Posté le 30 août 2016

    RATAN_600

    Des astronomes ont détecté un signal provenant de l’étoile HD 164595, située à 95 années-lumière de la Terre, dans la constellation Hercule. Cette étoile est presque exactement comme notre Soleil mais n’a qu’une planète connue pour le moment. La planète en question est une géante gazeuse de la taille de Neptune et effectue son orbite complète en 40 jours.

    Ce signal, d’environ 11 GHz, a été détecté le 15 mai 2015 par le télescope RATAN-600, exploité par l’Académie des Sciences de Russie, et dont la mission principale est de surveiller l’activité solaire. Aucune source astrophysique connue n’émet à cette fréquence. C’est pourquoi les chercheurs travaillant avec RATAN-600 appellent à une surveillance constante de cette source énigmatique.

    La source est tellement intense que si elle transmet les ondes radio dans toutes les directions elle a besoin d’une énergie énorme de 1020 Watts (des centaines de fois plus d’énergie que toute la lumière du Soleil qui nous arrive sur Terre). Mais si elle ne transmet que vers la Terre elle a besoin de 1013 Watts (plus ou moins l’énergie utilisée par toute l’humanité). Le signal pourrait correspondre à un signal d’origine extraterrestre mais pour le moment personne ne privilégie cette hypothèse car il est nécessaire de continuer les observations avant de pouvoir tirer toute conclusion.

    Le 28 août, l’Institut SETI a pointé le Allen Telescope Array [ATA] sur cette source mais n’a rien détecté.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Une exoplanète rocheuse potentiellement habitable en orbite autour de Proxima du Centaure

    Posté le 24 août 2016

    Proxima_du_Centaure

    Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche du Soleil, possède une planète. Celle-ci est même rocheuse, d’une taille comparable à celle de la Terre, et située dans la zone habitable de son étoile, là où l’eau liquide peut exister en surface. C’est la découverte majeure réalisée par une équipe internationale de chercheurs dont Julien Morin, du Laboratoire Univers et Particule de Montpellier (CNRS/Université de Montpellier), qui sera publiée le 25 août 2016 dans Nature.

    Parallèlement, deux autres équipes d’astrophysiciens et planétologues, en majorité françaises, ont approfondi l’étude de l’environnement sur cette exoplanète : si les radiations de son étoile risquent d’avoir érodé les gaz présents initialement, il est possible qu’une atmosphère et de l’eau aient perduré. Sous certaines conditions, encore hypothétiques, la planète pourrait même héberger de l’eau liquide à sa surface et être potentiellement propice à la vie.

    C’est, par définition, l’exoplanète la plus proche de nous jamais découverte : Proxima b tourne en effet autour de Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche du Soleil, à seulement 4.2 années-lumière. Mieux : cette exoplanète, découverte par une équipe internationale de chercheurs, est très probablement rocheuse, comme notre planète, et sa masse minimale vaut 1.3 celle de la Terre. Enfin, elle se trouve à 7 millions de kilomètres de Proxima du Centaure, soit environ 20 fois plus près que la Terre ne l’est du Soleil (149.6 millions de km) : mais son étoile, simple naine rouge, est bien moins brillante que la nôtre. Proxima b se situe donc bien dans la zone habitable, et sa température autoriserait la présence d’eau liquide à sa surface.

    La présence d’une planète autour de Proxima du Centaure était soupçonnée depuis des années. Son existence est aujourd’hui avérée au terme d’une campagne de deux années de recherche, baptisée « Pale Red Dot« , intensifiée depuis six mois : elle a alors mobilisé le spectrographe HARPS installé sur le télescope de 3,6 mètres de l’ESO à la Silla (Chili), le télescope ASH2 installé à l’Observatoire des explorations célestes de San Pedro de Atacama (Chili) et les 18 télescopes du réseau de Las Cumbres.

    Lire la suite de cette entrée »

  • MoEDAL : le détecteur de monopôles magnétiques du LHC

    Posté le 23 août 2016

    Comparaison_Monopoles_Dipole

    MoEDAL est un détecteur situé près de LHCb. Il emploie des méthodes non conventionnelles visant à découvrir des preuves d’une nouvelle physique, au-delà du Modèle Standard. Il est, en autres, à la recherche des monopôles magnétiques.

    Le 10 août dernier, l’expérience MoEDAL a publié son premier papier concernant la recherche de ces monopôles dans le journal JHEP (Journal of High Energy Physics). Il s’agit d’une analyse des données collectées lorsque le détecteur piège n’était encore qu’un prototype.

    Malgré le fait qu’aucun monopôle n’ait été détecté, les résultats obtenus ont permis à la collaboration MoEDAL de placer de nouvelles limites de masse, supposant un mode de production simple de ces particules hypothétiques. Le travail se porte maintenant sur l’analyse des données obtenues en 2015 avec le détecteur complet.

    Lire la suite de cette entrée »