Nullius In Verba
  • L’Etoile La Plus Mystérieuse Jamais Observée

    Posté le 7 août 2016

    Dyson_swarm

    Nom de code : KIC 8462852 (Etoile de Tabby pour les intimes)
    Découvreur : Tabetha Boyajian (Yale University)
    Distance : 1480 années-lumière
    Emplacement : entre la constellation du Cygne et de la Lyre

    En octobre 2015, tout internet était en effervescence après l’annonce de la découverte du comportement mystérieux de l’étoile KIC 8462852, surnommée Etoile de Tabby.

    C’est dans les données collectées par le télescope spatial Kepler que les scientifiques ont repéré des anomalies.

    Kepler avait observé cette étoile pendant 1600 jours
    Vers le 800ème jour, la luminosité de l’étoile avait diminué de 15%.
    Autour du 1500ème jour, elle avait diminué jusqu’à 20%. Pour obtenir une baisse de luminosité de cet ordre, un objet passant devant l’étoile doit être d’au moins la moitié de son diamètre.
    Pour vous faire une idée, la taille de Jupiter (qui est la plus grosse planète de notre système solaire) ne fait que 1/10ème de la taille de notre Soleil. Tabby est 1,5 fois plus grosse que le Soleil et nécessiterait un objet céleste immense pour subir une baisse de luminosité si importante. Il ne peut donc pas s’agir d’une planète.

    Et habituellement, quand une planète passe devant une étoile elle diminue sa luminosité pendant quelques heures ou jours puis disparait et réapparait après avoir complété sa révolution autour de son étoile. Mais la luminosité de l’étoile de Tabby a diminué pendant plus de 80 jours et à des intervalles irréguliers.

    Il ne s’agit pas non plus d’un disque de débris que l’on peut trouver autour de jeunes étoiles car l’étoile de Tabby n’est pas jeune. Et ce genre de débris émettent habituellement des rayonnements infrarouges ce qui n’est pas le cas ici.

    Tabetha Boyajian a exploré les scénarios naturels possibles mais elle a également considéré d’autres scénarios.
    Jason Wright, astronome à la Penn State University, a déclaré que le motif inhabituel de la luminosité de cette étoile était compatible avec un essaim de mégastructures (une sphère de Dyson) qui serait conçu pour capturer son énergie. Quand Boyajian lui a montré les données il a été fasciné de voir quelque chose d’aussi fou. Il a déclaré que les extraterrestres doivent toujours être la dernière hypothèse considérée mais que ce type de mégastructure est une chose à laquelle on peut s’attendre de la part d’une civilisation avancée.

    Pendant 6 nuits, entre le 29 octobre et le 28 novembre 2015, des scientifiques du SETI ont tenté de voir si des impulsions laser provenant de l’étoile étaient dirigées vers la Terre. Pour ce faire ils ont utilisé le télescope Boquete Optical SETI Observatory qui est sensible à des impulsions aussi courtes qu’un milliardième de seconde. Mais ils n’ont rien détecté qui ne sorte de l’ordinaire. Aucune civilisation extraterrestre aux alentours de cette étoile n’essaye donc de communiquer avec la Terre via des impulsions laser.

    L’Institut SETI a également utilisé le Allen Telescope Array, un radiotélescope. Après plus de 2 semaines, aucun signal situé entre 1 et 10 GHz n’a été détecté

    L’astronome Bradley Schaefer a trouvé des preuves suggérant que l’étoile a également subi une diminution de luminosité d’environ 16% par siècle, de 1890 à 1989. Cette découverte remet en question l’hypothèse de comètes géantes orbitant l’étoile : pour obtenir une diminution de luminosité de 20% il faudrait que 36 comètes géantes orbitent autour de l’étoile mais pour expliquer la diminution de luminosité observée chaque siècle il faudrait 648000 comètes géantes…
    Mais un autre papier a mis en doute les résultats de Schaefer concernant la diminution de luminosité au cours des siècles.

    Schaefer a expliqué dans son blog que si la luminosité de l’étoile de Tabby se produisait bien sur le long terme il devrait être possible de détecter un infime affaiblissement de sa luminosité dans les données collectées par le télescope Kepler pendant 4 ans.
    Ben Montet, astronome à Caltech, a étudié ces données et en est venu à la conclusion préliminaire qu’il y avait bien un affaiblissement de luminosité au cours du temps. Le document publié il y a quelques jours confirme cette conclusion.

    Les astronomes Ben Montet et Joshua Simon ont mesuré la lumière de l’étoile pendant les 4 années d’observation de Kepler et ont remarqué une activité étrange : pendant les premières années la luminosité a diminué de 0,34% par an pour ensuite diminuer de 2,5% en 200 jours et pour ensuite revenir à la diminution plus lente.

    Malgré cela, la preuve d’une diminution à long terme n’a toujours pas été faite.

    kic-8462852-light

    L’énorme diminution de luminosité à 800 est l’un des signes qui a attiré l’attention des scientifiques sur le fait qu’il s’agissait d’une étoile à l’activité très bizarre.

    Le télescope Kepler n’étant plus en service, Tabetha Boyajian a lancé une campagne Kickstarter pour récolter 100 000 dollars afin de pouvoir observer continuellement l’étoile de Tabby pendant un an avec le réseau de télescopes Las Cumbres Observatory Global Telescope Network (LCOGT). Si l’un des télescopes observe un évènement inhabituel autour de l’étoile de Tabby il enverra un message aux autres astronomes qui pourront pointer leur télescope dans la même direction.

    Les observations faites à partir de télescopes terrestres ne sont pas aussi précises que celles de télescopes spatiaux tels que Kepler mais un futur télescope de l’agence spatiale Européenne (ESA) pourrait apporter son aide pour la résolution du mystère de l’étoile de Tabby.

    PLATO (PLAnetary Transits and Oscillations of stars), qui devrait être lancé en 2024, sera comme Kepler mais en beaucoup plus puissant. Il servira à étudier la même région que Kepler a surveillé.

    Que l’explication soit des comètes orbitant l’étoile ou une mégastructure extraterrestre, toute la lumière bloquée par ces objets devrait produire de l’énergie infrarouge, qui n’a pas été détectée pour le moment.

    Le mystère reste entier.

    Laisser une réponse