Nullius In Verba
  • La Croyance Matérialiste en Science

    Posté le 10 février 2017

    Grâce aux progrès de la science notre monde a été transformé par une immense expansion de notre savoir, de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Alors que la science et la technologie semblent être au sommet de leur gloire, avec une influence qui s’est étendue dans le monde entier et un triomphe qui semble incontestable, des problèmes inattendus perturbent les sciences de l’intérieur. La plupart des scientifiques pensent que ces problèmes finiront par être résolus par plus de recherche mais certains pensent qu’on a affaire à quelque chose de plus profond.

    La science contemporaine est basée sur la philosophie du matérialisme, qui prétend que la réalité est matérielle ou physique, qu’il n’existe rien d’autre que cette réalité matérielle, que la conscience est un sous-produit de l’activité physique du cerveau. Cette croyance (parce qu’il s’agit bien d’une croyance) est puissante non pas parce que la plupart des scientifiques y réfléchissent de manière critique, mais parce que justement ils ne le font pas. Le système de croyance qui gouverne la pensée scientifique conventionnelle est un acte de foi. La plus grande illusion scientifique est que la science connait déjà les réponses. D’après cette pensée, des détails doivent encore être résolus mais les réponses aux questions fondamentales ont été réglées (et sont conformes à l’idéologie matérialiste).

    L’hypothèse centrale est que tout est essentiellement matériel ou physique, même les esprits. Ce système de croyance est devenu dominant en science à la fin du XIXème siècle et est maintenant considéré comme acquis. Beaucoup de scientifiques ignorent que le matérialisme est une supposition. Ils le considèrent simplement comme étant la vision scientifique de la réalité. On ne leur a même pas enseigné et personne ne leur a donné la chance d’en discuter. Ils absorbent cette idée par une sorte d’osmose intellectuelle.

    Depuis plus de 200 ans, les matérialistes ont promis que la science finirait pas tout expliquer en terme de physique et de chimie. Ces croyants sont soutenus par la foi que les découvertes scientifiques finiront par justifier leurs croyances. Malgré tous les succès de la science et de la technologie, le matérialisme est aujourd’hui confronté à une crise de crédibilité qui était inimaginable au XXème siècle.

    Malgré des recherches approfondies sur le sujet, les 2 problèmes majeurs en biologie (du développement et de la conscience) restent irrésolus. Beaucoup de détails ont été découverts, des douzaines de génomes ont été séquencés, et les scans du cerveau sont toujours plus précis. Mais il n’existe toujours aucune preuve que la vie et les esprits ne peuvent s’expliquer que par la physique et la chimie.

    Le matérialisme a fourni au XIXème siècle une vision du monde apparemment simple et facile à comprendre mais le XXIème siècle laisse cette vision loin derrière. Ses promesses n’ont pas été remplies.

    De toutes nouvelles perspectives s’ouvrent lorsqu’une supposition largement acceptée est considérée comme étant le début d’une enquête plutôt que comme une vérité incontestable. La science se porterait beaucoup mieux sans ces dogmes.

    Cet article est une adaptation simplifiée de l’article de Rupert Sheldrake intitulé “The Science Delusion”. Dans son livre du même nom il remet en question 10 des principaux dogmes du matérialisme.

    “Des problèmes surgissent lorsque la science ou la religion revendiquent une compétence universelle, lorsqu’un dogme religieux ou scientifique prétend être infaillible. Les créationnistes religieux et les scientifiques matérialistes sont aussi dogmatiques et insensibles. Par leur arrogance ils discréditent la science et la religion” [Freeman Dyson]

    “Le monde moderne est plein d’hommes qui s’en tiennent aux dogmes si fermement qu’ils ignorent même que ce sont des dogmes” [Gilbert Keith Chesterton]

    Laisser une réponse