Nullius In Verba
  • Astronautes Génétiquement Modifiés

    Posté le 30 avril 2017


    Astronaute Bruce McCandless II utilisant la Manned Maneuvering Unit à l’extérieur de la navette spatiale américaine Challenger lors de la mission STS-41-B en 1984

    Récemment, quelques scientifiques ont commencé à explorer la possibilité de modifier génétiquement les astronautes pour qu’ils puissent supporter les conditions dangereuses du voyage interstellaire et de la vie sur d’autres planètes.

    Des expériences ont déjà commencé à altérer des cellules humaines en laboratoire. Peuvent-elles être à l’épreuve des rayonnements ? Peut-on les modifier pour qu’elles puissent produire leurs propres vitamines et acides aminés ?

    Une des personnes s’intéressant de près à cette idée est Christopher Mason, membre du Department of Physiology and Biophysics à Weill Cornell Medicine. En 2011 il a proposé ce qu’il appelle le “500-year plan” (Plan de 500 ans) dont le but est d’aider les humains à devenir des explorateurs de l’Espace lointain. Dans ce plan, la modification génétique joue un rôle important : “Je pense que nous devons la considérer pour les personnes que nous enverrons sur d’autres planètes” explique-t-il. “Nous ne savons pas si ça sera un léger coup de pouce à l’expression des gènes, ou un tout nouveau chromosome, ou une réécriture complète du code génétique”.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Des physiciens observent une masse négative

    Posté le 20 avril 2017


    Les condensats de Bose-Einstein sont utilisés pour explorer une large gamme de questions fondamentales en physique (l’appareil ci-dessus n’est pas celui utilisé dans cette dernière recherche)

    Des physiciens ont créé un fluide ayant une masse négative

    Dans la vie de tous les jours, lorsqu’on pousse un objet il accélère dans la même direction que la force qui lui est appliquée. Cette relation est décrite par la 2ème loi de Isaac Newton.

    Mais en théorie, la matière peut avoir une masse négative de la même manière qu’une charge électrique peut être positive ou négative. Ce phénomène est décrit dans le journal Physical Review Letter

    Le professeur Peter Engels et ses collègues de la Washington State University (WSU) ont refroidi des atomes de rubidium juste au-dessus du zéro absolu (-273°C) pour créer ce qu’on appelle un condensat Bose-Einstein. Dans cet état les particules se déplacent extrêmement lentement et ont un comportement prédit par la mécanique quantique, agissant comme des ondes. Elles se synchronisent et se déplacent ensemble dans ce qu’on appelle un superfluide, qui s’écoule sans perdre d’énergie.

    Pour créer les conditions nécessaires à l’obtention d’une masse négative, les chercheurs ont utilisé des lasers pour piéger des atomes de rubidium et les pousser d’avant en arrière, changeant la manière dont ils tournent. Lorsque les atomes ont été relâchés du piège laser, quelques uns d’entre eux ont affiché les caractéristiques d’une masse négative.

    Lire la suite de cette entrée »