Nullius In Verba
  • Une Application qui Transforme votre Smartphone en Détecteur de Rayons Cosmiques

    Posté le 30 janvier 2018

    Des chercheurs du Laboratory of Methods for Big Data Analysis (LAMBDA) à la Higher School of Economics ont amélioré leur méthode d’analyse des rayons cosmiques de haute énergie (UHECR) grâce à l’utilisation de smartphones. Ce travail a été réalisé en partie par CRAYFIS et les résultats ont été présentés à la 22ème conférence internationale d’informatique des hautes énergies et la physique nucléaire.

    Les rayons cosmiques entrent constamment dans l’atmosphère terrestre. Ils incluent des rayons cosmiques de ultra-haute énergie ayant une énergie de plus de 1018 eV. Leurs propriétés reste un mystère pour les scientifiques. Ils proviennent de supernova et de trous noirs, et, en interagissant avec les particules de notre atmosphère ils forment une cascade de particules secondaires de plus faible énergie connue sous le nom de douches atmosphériques étendues (EAS – Extended Atmospheric Showers). Les scientifiques ont calculé qu’avec un détecteur d’une superficie d’un kilomètre carré il serait possible de détecter approximativement un évènement tous les 100 ans. Pour une étude complète, la superficie de la taille d’un petit pays européen serait nécessaire.

    Le projet CRAYFIS propose d’utiliser un réseau distribué de téléphonie mobile pour détecter ces UHECRs. Pour ce faire, les chercheurs ont développé un algorithme pour construire des réseaux neuronaux convolutifs qui peuvent être utilisés avec des smartphones conventionnels pour enregistrer les muons qui constituent ces douches de particules.

    Lire la suite de cette entrée »