Nullius In Verba
  • Ondes gravitationnelles : et de deux !

    Posté le 15 juin 2016

    Ondes_gravitationnelles

    Le 26 décembre 2015, les détecteurs Advanced LIGO ont enregistré un nouveau signal d’ondes gravitationnelles, trois mois après la première détection. Cette fois encore, le signal – une infime déformation de l’espace-temps – provient de la fusion de deux trous noirs.

    Bien que le signal soit plus faible que le premier, cette 2ème détection est aussi confirmée avec plus de 99,99999% de confiance.

    Cette découverte, réalisée par une collaboration internationale comprenant des équipes du CNRS, a été annoncée aujourd’hui, 15 juin 2016, pendant la conférence de l’American Astronomical Society à San Diego, et fait l’objet d’une publication dans la revue Physical Review Letters.

    Les trous noirs sont le stade ultime de l’évolution des étoiles les plus massives. Il arrive que certains évoluent en couple. Ils orbitent alors l’un autour de l’autre et se rapprochent lentement en perdant de l’énergie sous forme d’ondes gravitationnelles jusqu’à un point où le phénomène s’accélère brusquement. Ils finissent par fusionner en un trou noir unique. C’est ce tourbillon final qui a été observé le 26 décembre 2015, permettant de déduire que la masse des trous noirs était 8 et 14 fois celle du Soleil (contre 29 et 36 pour la première détection, du 14 septembre 2015).

    Lire la suite de cette entrée »

  • Les vagues du tissu de l’Espace-Temps ont été détectées

    Posté le 14 février 2016

    Ondes_gravitationnelles

    Un siècle après leur prédiction par Albert Einstein, les ondes gravitationnelles ont finalement été détectées.

    La théorie de la relativité générale de Einstein prédit que tout évènement cosmique qui perturbe le tissu de l’Espace-Temps avec suffisamment de force devrait produire des ondulations gravitationnelles qui se propagent dans l’Univers.

    Vous pouvez penser à ces ondes comme à des vagues que l’on peut observer à la surface d’un étang lorsqu’on y jette une pierre par exemple.
    Mais ce qui est assez incroyable c’est que le tissu de l’Espace-Temps (ou l’Espace pour parler plus simplement) n’est pas une substance. On ne détecte pas le tissu de l’Espace-Temps, on détecte seulement l’attraction gravitationnelle dûe à la présence de masses qui déforment l’Espace. Et l’on vient de détecter des ondes gravitationnelles car elles ont provoqué une déformation ponctuelle de l’Espace que les instruments des interféromètres laser jumeaux appelés LIGO ont pu observer.

    « Comment donner un sens à quelque chose qui semble n’être rien ? L’Espace est l’un des plus grands mystères de la physique » – Lisez « Qu’est-ce que l’Espace ? » pour en savoir plus

    La Terre devrait être inondée de ces ondes mais, le temps qu’elles nous atteignent, elles s’affaiblissent beaucoup trop pour être détectables.

    C’est le 11 février dernier que les physiciens du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory) ont révélé que leurs détecteurs ont observé des ondes gravitationnelles provenant de la collision de 2 trous noirs situés à 1,3 milliards d’années-lumière de la Terre.
    L’un des trous noirs est d’environ 36 masses solaires et le 2ème de 29 masses solaires. Leur collision les a fait fusionner en un seul trou noir de 62 masses solaires.

    Cette découverte a été faite avant même que la version améliorée de LIGO (Advanced LIGO) entre officiellement en service. C’est le 14 septembre 2015 à 11h50 heure française que Marco Drago du Max Planck Institute for Gravitational Physics de Hanovre (Allemagne) a observé un étrange signal (GW150914) sur son ordinateur. Le logiciel qui analyse les données en temps réel indiquait que les 2 interféromètres avaient observé une onde ressemblant au gazouillis d’un oiseau avec une fréquence qui augmentait rapidement.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Pourquoi tout le monde devrait s’intéresser à l’exploration spatiale ?

    Posté le 13 septembre 2013

    Exploration_spatiale
    Depuis la nuit des temps, les êtres humains ont toujours été fascinés par les cieux. Après avoir exploré tout (ou presque) ce qu’il y avait à explorer sur notre planète, la suite logique était de se diriger vers l’Espace.

    Les êtres humains ont toujours eu la volonté d’explorer l’inconnu, découvrir de nouveaux mondes, repousser toutes les limites pour aller toujours plus loin. Les avancées réalisées en repoussant sans cesse ces limites ont apporté de nombreux bénéfices à nos sociétés.

    L’exploration spatiale permet de répondre à des questions fondamentales sur notre place dans l’Univers et sur l’histoire de notre système solaire. En relevant les défis liés à l’exploration spatiale nous améliorons nos connaissances, notre technologie, créons de nouvelles industries, et contribuons à créer un cadre paisible avec les autres nations.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Les 50 ans du Canada dans l’Espace

    Posté le 27 septembre 2012

    Le 29 septembre 2012, le Canada célèbre 50 ans d’expérience spatiale qui l’ont propulsé au rang de leader mondial en aérospatiale.

    Le 29 septembre 1962, le Canada lançait son premier satellite scientifique nommé Alouette I et devenait ainsi la première nation, après les super puissances soviétiques et américaines, à concevoir et à fabriquer son propre satellite. Ce lancement marquait l’entrée du Canada dans l’ère spatiale et était reconnu par la communauté scientifique comme le programme spatial le plus avant-gardiste de l’époque.

    Lire la suite de cette entrée »

  • La Découverte de l’Accélération de l’Expansion de l’Univers

    Posté le 9 mai 2012

    Pendant des décennies, la plupart des scientifiques pensaient que l’expansion de l’Univers depuis le Big Bang devait ralentir en raison de l’attraction gravitationnelle.

    Lorsque vous lancez une pomme en l’air, la gravité de la Terre finit par la stopper et la ramène à terre. Tout comme la pomme ralentit avec le temps, l’Univers lui aussi aurait dû ralentir son expansion à cause de l’attraction gravitationnelle de toute matière et énergie envers tout autre matière et énergie.

    Cela soulève la question du destin ultime du cosmos. Est-ce que l’Espace continuera son expansion pour toujours, ou bien, est-ce que la gravité finira par stopper cette expansion, provoquant alors un recroquevillement de l’Espace sur lui-même dans un Big Crunch.

    Pour résoudre ce mystère, 2 équipes d’astronomes ont entrepris de mesurer le ralentissement de l’expansion en utilisant un nouvel outil : les supernovas. Une supernova est une étoile qui termine sa vie dans une explosion massive. Elles sont extrêmement lumineuses et peuvent atteindre la luminosité de milliards de Soleils. Ce qui rend les supernovas très intéressantes est qu’elles sont très similaires. L’explosion est toujours de même luminosité et elles disparaissent de la même manière.

    Ces explosions sont si lumineuses et uniformes que les équipes ont pensé que ces supernova pourraient servir de balises cosmiques très précises, permettant de suivre la manière dont l’expansion de l’Espace a ralenti au cours du temps. Le problème est qu’elles sont extrêmement rares. Pour en trouver suffisamment, Saul Permutter a passé des années à appeler les astronomes du monde entier en les suppliant de lui accorder un peu de temps sur leurs télescopes.

    Saul Permutter explique : « nous avions besoin des plus gros télescopes du monde; nous avions besoin de conditions parfaites ». Il appelait les astronomes en leur disant « Je sais que vous avez un planning assez chargé mais si vous pouviez caler cette observation sur une demi heure, ça serait vraiment intéressant pour nous ».

    Lorsqu’ils eurent suffisamment de données pour voir à quel point l’attraction gravitationnelle ralentissait l’expansion de l’Univers, une surprise de taille les attendait.

    Lire la suite de cette entrée »