Nullius In Verba
  • La Flottille Martienne

    Posté le 30 avril 2016

    Flottille_martienneUne flotte de vaisseaux spatiaux et robots explore la planète rouge, nous envoyant un flot constant de données. Alors que des rovers comme Curiosity marque le sol martien de ses traces, des orbiteurs comme MAVEN ou MRO observent l’atmosphère et la surface de la planète et servent de relais pour renvoyer les données des rovers vers la Terre. Cette flotte martienne fournit aux contrôleurs de mission de la NASA, de L’ESA et de l’ISRO une présence à distance sur Mars.

    La vidéo ci-dessous montre les sites d’atterrissage des landers et rovers passés et présents de la NASA; les orbites de Mars Odyssey et Mars Reconnaissance Orbiter (NASA), de MAVEN (NASA) et de Mars Express (ESA); et de Mars Orbiter Mission (ISRO). On peut également voir les orbites des 2 lunes martiennes : Phobos et Deimos.

    Source : NASA GSFC

  • Découverte du Premier Pulsar Gamma Extragalactique

    Posté le 12 novembre 2015

    Grand_Nuage_de_Magellan-Fermi_LAT
    Cartes du Grand Nuage de Magellan vu avec Fermi LAT. A gauche : intensité du rayonnement gamma dans une région de 10 degrés de côté comprenant le Grand Nuage de Magellan. Un agrandissement de la zone entourée de bleu est représenté dans la carte de droite, où l’on distingue deux sources d’émission gamma coïncidant avec des pulsars.

    C’est le pulsar gamma le plus lumineux jamais observé que viennent de détecter deux chercheurs du Laboratoire de physique et chimie de l’environnement et de l’espace (CNRS/Université d’Orléans) et de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier), avec un collègue américain de la NASA au sein d’une collaboration internationale.

    Situé dans le Grand Nuage de Magellan (à 163 000 années-lumière), PSR J0540-6919 est exceptionnel à plus d’un titre : c’est le premier pulsar gamma détecté dans une autre galaxie que notre Voie Lactée (ce qui en fait le plus lointain) et celui qui émet le plus de rayons gamma. Il est aussi remarquablement jeune : environ 1000 ans, alors que la plupart des pulsars connus sont âgés d’au moins 10 000 ans et jusqu’à des centaines de millions d’années.

    Cette étoile à neutrons, qui tourne sur elle-même en 50 millièmes de secondes, est le vestige d’une étoile massive ayant explosé il y a un millier d’années. L’observation d’un pulsar si jeune et puissant devrait permettre de mieux comprendre d’où ces astres tirent leur luminosité. Cette découverte, réalisée grâce au télescope spatial Fermi de la NASA, fait l’objet d’une publication dans la revue Science le 13 novembre 2015.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Hubble célèbre ses 25 ans en orbite

    Posté le 23 avril 2015

    Hubble_25-Banner

    La NASA et l’ESA viennent de dévoiler l’image célébrant le 25ème anniversaire de notre télescope spatial préféré, lancé en orbite le 24 avril 1990.

    L’image dévoilée est celle d’un amas appelé “Westerlund 2”, d’après le nom de l’astronome suédois Bengt Westerlund qui l’a découvert dans les années 1960. Cet amas âgé d’environ 2 millions d’années s’étend sur une distance allant de 6 à 13 années-lumière (ce qui est très jeune en termes astronomiques) et comprend environ 3000 étoiles.

    « Hubble a complètement transformé notre vision de l’Univers, révélant la véritable beauté et la richesse de l’Univers”, a déclaré John Grunsfeld (astronaute et Administrateur associé de la Direction des missions scientifiques de la NASA)

    Lire la suite de cette entrée »

  • Solar Dynamics Observatory : 5 ans d’observation du Soleil

    Posté le 20 février 2015

    Soleil-SDOLe 11 février dernier a marqué les 5 ans du Solar Dynamics Observatory (SDO) de la NASA, qui fournit des images détaillées de l’intégralité de notre Soleil (grâce à 2 satellites) 24 heures sur 24. Capturant plusieurs images par seconde, SDO nous a permis de comprendre la formation et l’eruption de ce qu’on appelle des éjections de masse coronale (CME)

    En l’honneur de ce 5ème anniversaire, la NASA a publié une vidéo présentant les plus belles images des 5 dernières années d’observation du Soleil. Vous pouvez voir de gigantesques nuages de matière être éjectés dans l’Espace, la danse des boucles géantes qui se déplacent dans la couronne, et d’énormes taches solaires qui grandissent et se rétrécissent sur la surface du Soleil.

    Cette imagerie est un exemple du genre de données que SDO fournit aux scientifiques. En observant le Soleil dans différentes longueurs d’ondes, et donc différentes températures, les scientifiques peuvent voir comment la matière se déplace à travers la couronne (qui détient des indices sur ce qui provoque les éruptions), ils peuvent comprendre ce qui augmente la température de son atmosphère (1000 fois plus importante que celle de surface), et pourquoi ses champs magnétiques se déplacent constamment.

  • L’imprimante 3D de Made In Space a été installée dans la Station Spatiale

    Posté le 17 novembre 2014

    MadeInSpace-Imprimante_3D-ISS

    Le 21 septembre dernier, l’imprimante 3D de la société Made In Space a été envoyée vers la Station Spatiale Internationale (ISS) à bord d’une capsule Dragon de la société Space X. C’est le 23 septembre que l’imprimante est arrivée à bord de l’ISS.

    Ce matin, 17 novembre 2014, l’astronaute Barry “Butch” Wilmore a déballé l’imprimante 3D de Made In Space et l’a installée dans le Microgravity Science Glovebox (MSG) de l’ISS.

    Avec l’aide de Made In Space et des équipes de soutien au sol de la NASA, Barry Wilmore a pu allumer l’imprimante 3D et effectuer toutes les vérifications critiques du système pour s’assurer que le matériel et le logiciel étaient en état de fonctionnement.

    Le but de cette expérience est de voir si la fabrication additive (impression 3D) dans l’Espace est suffisamment fiable pour pouvoir être utilisée à l’avenir lors de missions lunaires, martiennes et au-delà. En comparant les objets imprimés dans l’ISS avec ceux imprimés sur Terre au Marshall Space Flight Center de Huntsville (Etats-Unis, Alabama) on pourra voir dans quelle mesure l’état d’apesanteur affecte le processus d’impression 3D.

    Source : Made In Space