Guy DOYEN

Nullius In Verba
  • Telemarketing : le numéro qui s’affiche n’est pas toujours celui que vous croyez

    Posté le 28 juin 2019

    Je me suis mis à m’intéresser à la défense contre les télémarketeurs car une personne de ma famille n’arrêtait pas de recevoir des appels de numéros inconnus, dont de nombreux semblaient provenir de la même région.

    Le numéro que vous voyez s’afficher sur votre téléphone est appelé CalledID (Caller IDentification). Cette présentation du numéro pourrait vous faire croire que ce que vous voyez est vrai, que le numéro affiché est bien celui de la personne ou de l’entreprise qui appelle.

    En réalité, certains télémarketeurs utilisent une technique pour utiliser d’autres numéros à la place du leur, et en particulier des numéros provenant de votre région pour vous mettre en confiance et vous faire croire qu’il pourrait s’agir de personnes que vous connaissez (pour attiser votre curiosité et vous faire décrocher) : cet technique s’appelle “CallerID Spoofing” (usurpation d’identité téléphonique) et en particulier “CallerID Neighbor Spoofing” (usurpation d’identité téléphonique des gens du voisinage/région)

    Dans beaucoup de cas, ces numéros locaux sont affichés aléatoirement. Si vous décrochez, cela permettra au robocall (automate d’appel que les télémarketeurs utilisent) de savoir que votre ligne est active et vous recevrez potentiellement encore plus d’appels de ce genre.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Les Satellites de SpaceX posent des Problèmes pour notre Ciel Nocturne

    Posté le 30 mai 2019

    Un astronome néerlandais a filmé un train de satellites très brillant s’élevant dans le ciel nocturne. C’est une vision digne d’un film de science-fiction. Il s’agissait de la constellation de satellites Starlink de SpaceX.

    La constellation, qui compte 60 satellites pour le moment et qui pourrait un jour atteindre le nombre de 12000, pourrait menacer notre vision du cosmos.

    Le lancement a été suivi dans le monde entier et il est devenu rapidement très clair que les satellites étaient visibles à l’oeil nu : un nouveau problème auquel devront faire face les astronomes.

    Si de nombreux satellites de cette nouvelle méga-constellation ont une luminosité identique alors dans 20 ans ou moins les être humains verront plus de satellites que d’étoiles dans le ciel nocturne. Cela accroit également le risque de débris spatiaux qui sont déjà nombreux.

    La luminosité de ces satellites a diminué car leur orientation s’est stabilisée et ils ont continué leur ascension vers leur orbite finale à une altitude de 550 km. Mais cela n’a pas complètement apaisé les préoccupations des scientifiques qui s’inquiètent de la suite des événements.

    La société SpaceX de Elon Musk est seulement l’une parmi de nombreuses entreprises a vouloir fournir une connexion internet partout dans le monde grâce à des constellations de satellites.

    Selon la Satellite Industry Association, il y a actuellement 2100 satellites actifs en orbite. Si SpaceX en ajoute 12000 il y en aura des centaines à chaque instant au-dessus de l’horizon.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Première Image d’un Trou Noir – Explications

    Posté le 11 avril 2019

    Une équipe internationale de plus de 200 astronomes du Event Horizon Telescope (EHT) ont capturé la première image directe d’un trou noir. Ils ont accompli cet exploit en coordonnant la puissance de 8 radiotélescopes répartis sur 4 continents (fonctionnant comme un immense télescope virtuel) en utilisant une technique appelée Very Long Baseline Interferometry (VLBI).

    Dans une série d’articles publiés dans le journal Astrophysical Journal Letters, l’équipe a révélé 4 images du trou noir supermassif qui se situe au coeur de Messier 87, à 55 millions d’années-lumière de la Terre. Les images montrent une zone sombre centrale entourée d’un anneau de lumière qui est plus brillant d’un côté que de l’autre

    Lire la suite de cette entrée »

  • LHCb découvre une asymétrie matière-antimatière

    Posté le 28 mars 2019

    Une nouvelle observation de l’expérience LHCb montre que les quarks Charm se comportent différemment de leurs antiparticules

    Avec une certitude statistique de 99,9999%, les scientifiques de LHCb ont observé une différence entre les désintégrations de particules de matière et d’antimatière contenant des quarks Charm. 

    Cette découverte pourrait nous aider à expliquer pourquoi nous vivons dans un univers dominé par la matière et pourquoi l’antimatière semble avoir presque totalement disparue.

    Toutes les structures de notre univers sont faites de matière

    L’antimatière est presque identique à la matière, sauf que ses propriétés de charge électrique et magnétique sont inversées. Des études de précision sur les atomes d’antihydrogène, par exemple, ont montré que leurs caractéristiques sont identiques à celles des atomes d’hydrogène au-delà de la milliardième décimale.

    La matière et l’antimatière ne peuvent pas coexister dans le même espace car si elles entrent en contact elles s’annulent. Cette nature égale mais opposée de la matière et de l’antimatière pose un casse-tête aux cosmologistes, qui partent du principe que la même quantité de matière et d’antimatière aurait dû exploser lors de la naissance de notre univers. Mais si cela est vrai, toute cette matière et cette antimatière devraient s’être annihilées, ne laissant que de l’énergie.


    Lire la suite de cette entrée »

  • Les détecteurs d’ondes gravitationnelles unissent leurs forces pour une nouvelle année de chasse au signal

    Posté le 26 mars 2019

    Les détecteurs Virgo et LIGO sont prêts à démarrer un nouveau cycle d’observation (appelé O3), durant une année entière. Le départ de la chasse aux ondes gravitationnelles est prévu pour le 1er avril, lorsque le détecteur européen Virgo, basé en Italie à l’European Gravitational Observatory (EGO), et les détecteurs jumeaux LIGO, situés dans l’état de Washington et de Louisiane (USA), commenceront à prendre ensemble les données et deviendront ainsi l’observatoire d’onde gravitationnelle le plus sensible à ce jour.

    Pendant un an, la collaboration LIGO-Virgo enregistrera les données scientifiques en continu et les trois détecteurs fonctionneront comme un observatoire global.

    Depuis août 2017, fin du deuxième cycle d’observations O2, les deux collaborations ont travaillé intensivement sur leurs interféromètres pour en améliorer la sensibilité et la fiabilité. Les scientifiques ont également amélioré l’analyse de leurs données en ligne et hors ligne, et développé les procédures de diffusion d’alertes publiques ouvertes : en quelques minutes (5 minutes), ils avertiront les communautés de la physique et de l’astronomie lorsqu’un événement potentiel d’onde gravitationnelle est observé.

    « Passer de l’ère pionnière, qui a conduit à une découverte historique, à l’ère actuelle de l’observation où l’interféromètre et l’infrastructure devront fonctionner sans faille pendant 24 heures, sept jours par semaine pendant toute une année, a été et reste un défi de taille », déclare Stavros Katsanevas, directeur d’EGO. « Je suis toutefois convaincu que nous relèverons ce défi avec le même succès que le précédent »

    Grâce aux mises à jour de Virgo et de LIGO, les signaux de fusion de trous noirs binaires comme GW150914, le premier événement gravitationnel jamais détecté, devraient devenir très courants, peut-être jusqu’à un par semaine.

    Le détecteur japonais KAGRA devrait rejoindre le réseau mondial LIGO-Virgo dans la dernière partie de l’O3, étendant ainsi les capacités de détection et de pointage du réseau mondial.

    D’après le Communiqué de Presse de EGO-Virgo, Via CNRS


    Pour mieux comprendre de quoi il s’agit, vous pouvez lire les articles suivants :
    Les vagues du tissu de l’Espace-Temps ont été détectées
    Ondes gravitationnelles : et de deux !
    Ondes gravitationnelles : première détection conjointe des collaborations LIGO et Virgo