LHC : Premières collisions d’ions de plomb

Les premières collisions d’ions de plomb se sont produites le 7 novembre à 0h30. Les conditions stables de fonctionnement qui marquent véritablement le début de cette nouvelle phase ont été obtenues le 8 novembre à 11h20.

Les ions de plomb sont accélérés à une vitesse très proche de la vitesse de la lumière pour atteindre une énergie de 287 TeV par faisceau. Cette énergie est beaucoup plus élevée que celle obtenue avec des protons parce que les ions de plomb contiennent 82 protons.

Une température de 10 billions de °C a été atteinte : c’est 500 000 fois plus chaud que le centre du Soleil (qui est d’environ 20 millions de °C)

Le but est de recréer les conditions qui ont existé un millionième de seconde après le Big Bang.

En étudiant le plasma quark-gluon qui en résulte, les scientifiques espèrent en apprendre plus sur la force nucléaire forte (ou intéraction forte), l’une des 4 forces fondamentales de l’Univers (avec la force nucléaire faible, la force électromagnétique et la force gravitationnelle). Cette force nucléaire forte, 1000 fois plus forte que la force électromagnétique, est responsable de la cohésion du noyau atomique. Elle maintient les quarks ensemble pour former les protons et les neutrons (qui composent ne noyau atomique).

Le détecteur ALICE (A Large Heavy Ion Experiment), qui pèse 10 000 tonnes et mesure 26x16x16m, a été spécialement optimisé pour étudier les résultats de ces collisions d’ions lourds. Les détecteurs ATLAS et CMS seront également utilisés.

Le LHC sera arrêté pour maintenance le 6 décembre 2010 et sera redémarré en février 2011.

Via CERN



4 commentaires sur “LHC : Premières collisions d’ions de plomb”

  1. Questions de néophyte:
    – Est-ce que vous savez comment est « confinée » la chaleur produite ?
    – L’arrêt pour maintenance était-il programmé ou résulte-t-il d’un problème survenu en cours de route ?
    Merci pour cet article et bonne continuation!

  2. – « Le LHC est la machine des températures extrêmes. Lorsque deux faisceaux de protons entrent en collision, ils génèrent, dans un espace minuscule, des températures plus de 100 000 fois supérieures à celles qui règnent au centre du Soleil. A l’opposé, le système de distribution cryogénique, qui alimente l’anneau de l’accélérateur en hélium superfluide, garde le LHC à une température de -271,3°C (1,9 K), plus froide que l’espace intersidéral » (Faits et chiffres du LHC)

    Les collisions ont lieu à l’intérieur des détecteurs et la chaleur est rapidement dissipée par le système de refroidissement du LHC. Ce sont les électro-aimants supraconducteurs qui permettent un confinement de ces « boules de feu subatomiques ».

    – Cet arrêt technique était prévu.

    Merci pour le commentaire et à bientôt ! 🙂

  3. Je viens d’effectuer une petite correction

    J’indiquais « Une température de 10 billions de °C a été atteinte : c’est 1 million de fois plus chaud que le centre du Soleil ».

    En fait, c’est 500 000 fois plus chaud que le centre du Soleil dont la température s’élève à environ 20 millions de °C.

Laisser un commentaire