Nullius In Verba
  • Notre univers : Une bulle en expansion dans une dimension supplémentaire

    Posté le 30 décembre 2018

    Les chercheurs de l’Université de Uppsala ont mis au point un nouveau modèle d’univers – un qui pourrait résoudre l’énigme de l’énergie noire. Leur nouvel article, publié dans Physical Review Letters, propose un nouveau concept structurel, incluant l’énergie noire, pour un univers qui repose sur une bulle en expansion dans une dimension supplémentaire.

    Nous savons depuis 20 ans que l’univers se développe à un rythme de plus en plus rapide. L’explication est « l’énergie noire », présente partout, qui le pousse à continuer son expansion. Comprendre la nature de cette énergie est l’une des énigmes primordiales de la physique fondamentale.

    On a longtemps espéré que la théorie des cordes fournirait la réponse. Selon cette théorie, toute la matière est constituée d’entités vibrantes « semblables à des cordes ». La théorie exige également qu’il y ait plus de dimensions spatiales que les trois que nous expérimentons dans notre vie quotidienne. Depuis 15 ans, il existe des modèles de théorie des cordes censés générer de l’énergie noire. Celles-ci suscitent toutefois des critiques de plus en plus virulentes et plusieurs chercheurs affirment maintenant qu’aucun des modèles proposés à ce jour n’est réalisable.

    Dans leur article, les scientifiques proposent un nouveau modèle dans lequel l’énergie noire et notre univers chevauchent une bulle qui est en expansion dans une dimension supplémentaire. L’univers entier est logé au bord de cette bulle en expansion. Toute la matière existante dans l’univers correspond aux extrémités des cordes qui s’étendent dans la dimension supplémentaire. Les chercheurs ont également montré que de telles bulles en expansion pouvaient naître dans le cadre de la théorie des cordes. Il est concevable qu’il y ait plus de bulles que la nôtre, correspondant à d’autres univers.

    Le modèle des scientifiques d’Uppsala fournit une nouvelle image différente de la création et du devenir futur de l’univers, tout en ouvrant la voie à des méthodes de test de la théorie des cordes.

    Source : Uppsala University – Via PhysOrg

    Laisser une réponse