Première Nuit de l’antimatière organisée le 1er avril 2019 dans toute la France

Il s’agit d’un évènement organisé par le CNRS, le CEA et la Société Française de Physique (en partenariat avec le magazine Sciences et Avenir)

Cette première « Nuit de l’antimatière » se déroulera le 1er avril 2019 dans quatorze villes françaises. Conférences, table-ronde, débats, visites virtuelles de laboratoires et quizz sont au programme de cet événement festif gratuit et ouvert à tous.

Cette soirée festive, organisée dans le cadre des 80 ans du CNRS et de « 2018-2019 Année de la chimie, de l’école à l’université », se tiendra simultanément à Paris au cinéma le Grand Rex et dans 14 autres villes françaises : Annecy, Bordeaux, Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Dunkerque, Grenoble, Limoges, Lyon, Marseille, Orléans, Poitiers, Strasbourg et Toulouse, toutes interconnectées.

Une conférence scientifique sera organisée dans chacune de ces villes à 18h30. Elles seront suivies par un débat, des visites virtuelles de sites consacrés à l’antimatière, comme le centre de production d’antiatomes d’hydrogène du CERN ou le laboratoire CEMHTI du CNRS à Orléans. Une table ronde portant sur l’antimatière dans les romans, la bande dessinée et le cinéma complètera la soirée. Elle sera animée par Raphaël Granier de Cassagnac, chercheur CNRS au Laboratoire Leprince-Ringuet (CNRS/Ecole Polytechnique) avec la participation de Laurent Genefort, auteur notamment du remarqué Lum’en, et de Marc-Antoine Mathieu à l’origine de la série Julius-Corentin Acquefacques, et de Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA spécialiste de la science au cinéma. Cette table ronde sera précédée par un quizz ludique sur l’antimatière, donnant lieu à une compétition entre tous les sites.

La soirée parisienne se déroulera au Grand Rex et sera diffusée en direct sur le site officiel de l’évènement et sur la page Facebook du CNRS. Sa conférence inaugurale réunira trois spécialistes de l’antimatière :

  • Marie-Hèlene Schune, chercheuse du CNRS au Laboratoire de l’accélérateur linéaire (CNRS/Université Paris-Sud), comparera les propriétés des particules de matière et d’antimatière
  • Pauline Comini, chercheuse à l’Institut de recherches sur les lois fondamentales de l’Univers (CEA Paris-Saclay), présentera la prochaine mesure des propriétés gravitationnelles des antiatomes d’hydrogène
  • Etienne Parizot, chercheur de l’université Paris Diderot au laboratoire Astroparticule et cosmologie (CNRS/Université Paris Diderot), nous parlera de l’antimatière dans le cosmos.

Cette conférence sera animée par Azar Khalatbari, journaliste à Sciences et Avenir.

L’entrée aux différentes conférences de la manifestation est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles

Des places sont spécialement dédiées aux classes de lycées, à réserver sur :
https://indico.lal.in2p3.fr/event/5155/

D’après le Communiqué de Presse du CNRS

Pour vous préparer à cette soirée spéciale, vous pouvez lire les articles suivants (classés du plus récent au plus ancien) :

Transporter des antiprotons dans une camionnette
Les protons et antiprotons semblent être de véritables images miroir
Prédiction des antiparticules par Paul Dirac (1928)
Un faisceau d’antimatière a été créé pour la première fois
Pourquoi la matière l’a-t-elle emportée sur l’antimatière ?
Premières mesures de l’antihydrogène
Est-ce que la gravitation affecte l’antimatière de la même manière que la matière ?
De l’antimatière piégée pendant 1000 secondes
Spectromètre magnétique alpha 2 : pour lever le voile sur les mystères de l’Univers (antimatière et matière noire)
Le télescope Fermi a détecté des faisceaux d’antimatière produits par des orages
Le vide, ce n’est pas rien : de la matière et de l’antimatière générées à partir du vide
Antimatière : un des plus grands mystères de la science




Laisser un commentaire