Nullius In Verba
  • Les Satellites de SpaceX posent des Problèmes pour notre Ciel Nocturne

    Posté le 30 mai 2019

    Un astronome néerlandais a filmé un train de satellites très brillant s’élevant dans le ciel nocturne. C’est une vision digne d’un film de science-fiction. Il s’agissait de la constellation de satellites Starlink de SpaceX.

    La constellation, qui compte 60 satellites pour le moment et qui pourrait un jour atteindre le nombre de 12000, pourrait menacer notre vision du cosmos.

    Le lancement a été suivi dans le monde entier et il est devenu rapidement très clair que les satellites étaient visibles à l’oeil nu : un nouveau problème auquel devront faire face les astronomes.

    Si de nombreux satellites de cette nouvelle méga-constellation ont une luminosité identique alors dans 20 ans ou moins les être humains verront plus de satellites que d’étoiles dans le ciel nocturne. Cela accroit également le risque de débris spatiaux qui sont déjà nombreux.

    La luminosité de ces satellites a diminué car leur orientation s’est stabilisée et ils ont continué leur ascension vers leur orbite finale à une altitude de 550 km. Mais cela n’a pas complètement apaisé les préoccupations des scientifiques qui s’inquiètent de la suite des événements.

    La société SpaceX de Elon Musk est seulement l’une parmi de nombreuses entreprises a vouloir fournir une connexion internet partout dans le monde grâce à des constellations de satellites.

    Selon la Satellite Industry Association, il y a actuellement 2100 satellites actifs en orbite. Si SpaceX en ajoute 12000 il y en aura des centaines à chaque instant au-dessus de l’horizon.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Yutu 2 (Lapin de Jade 2) devient le premier Rover à explorer la face cachée de la Lune

    Posté le 4 janvier 2019

    Ce jeudi 3 janvier 2019 à 15h22 heure française, l’agence spatiale chinoise a réussi le déploiement de son rover Lapin de Jade 2 (Yutu 2) sur la face cachée de la Lune, environ 12 heures après l’atterrissage réussi de sa sonde Chang’e 4 (lancée le 8 décembre par une fusée Long March-3B). Le lieu d’atterrissage est le plus vieux et le plus profond bassin d’impact de la Lune, et du système solaire : le Bassin Pôle Sud-Aitken. Et plus précisément le cratère Von Kármán

    Ce rover a 6 roues alimentées indépendamment ce qui fait que si l’une des roues lâche le rover peut continuer à avancer. Il peut gravir des collines qui ont une inclinaison de 20° et des obstacles de 20 cm de hauteur. Sa vitesse maximale est de 200 mètres par heure.

    Les Etats-Unis, l’Union soviétique et plus récemment la Chine ont déjà envoyé des rovers sur la face visible de la Lune. Mais c’est la première fois qu’on envoie un rover sur sa face cachée. La communication directe étant impossible vers la face cachée de la Lune, la Chine a mis en place un satellite relais appelé “Queqiao” pour la redirection des signaux vers la Terre.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Un LHC haute luminosité d’ici 10 ans au CERN

    Posté le 26 juin 2018

    Le vendredi 15 juin 2018 un nouveau chantier s’est ouvert au LHC, le grand collisionneur de hadrons. Initié en 2011, ce projet vise à mettre en service d’ici à 2026 un LHC haute luminosité (HL-LHC) qui permettra d’augmenter le nombre de collisions protons-protons et de récolter davantage de données. La France contribue de manière importante à ce projet (à hauteur de 180 millions d’euros, masse salariale incluse). Les équipes du CNRS et du CEA participent à la recherche et aux développements technologiques spécifiquement sur les aimants supraconducteurs et à l’extension de la durée de vie des détecteurs et de l’accélérateur. Côté français, ce sont ainsi plus de 400 scientifiques qui accompagnent le renouveau du plus grand et du plus puissant collisionneur de particules au monde.

    Mis en fonction pour la première fois en 2008 au CERN, le LHC – Large Hadron Collider – est un anneau de 27 kilomètres de circonférence muni de milliers d’aimants supraconducteurs qui permettent de maintenir les particules accélérées à l’intérieur de l’anneau. Les particules propulsées finissent par entrer en collision à une vitesse proche de celle de la lumière. Pour collecter les données, le collisionneur possède 4 détecteurs de particules : ATLAS, CMS, ALICE et LHCb.

    Ces travaux vont permettre d’accroître la luminosité du LHC d’un facteur 5 à 7 en concentrant le maximum de particules dans l’espace le plus réduit possible pour augmenter le nombre de collisions au moment du croisement des deux faisceaux de protons. Cela permettra aux scientifiques d’étudier des phénomènes rares et d’obtenir des mesures de grande précision indispensables pour préciser les propriétés du boson de Higgs. Plus largement, c’est un pas de plus vers la compréhension du modèle standard et des scénarios qui en découlent.

    Lire la suite de cette entrée »

  • L’intelligence artificielle est meilleure que les êtres humains pour lire sur les lèvres

    Posté le 28 mai 2018

    Deux études montrent qu’une machine peut comprendre ce que vous dites sans entendre un seul son.

    Lire sur les lèvres est notoirement difficile, dépendant autant du contexte et de la connaissance du langage que des indices visuels. Mais des chercheurs ont montré que le “machine learning” peut être utilisé pour discerner plus efficacement le discours des clips vidéos silencieux que les professionnels.

    Une équipe du département informatique de l’Université de Oxford a développé une nouvelle intelligence artificielle baptisée LipNet et basée sur un ensemble de données appelé GRID. GRID est composé d’extraits vidéos de personnes face caméra et ayant le visage bien éclairé qui lisent des phrases de 3 secondes.

    Lire la suite de cette entrée »

  • Histoire de l’Intelligence Artificielle

    Posté le 7 avril 2018


    John McCarthy

    La quête de l’intelligence artificielle (IA) a commencé il y a 70 ans, avec l’idée que les ordinateurs pourraient un jour penser comme nous. Les prévisions ambitieuses ont attiré un financement généreux mais après quelques décennies il y avait peu de résultats. Mais, lors des 25 dernières années, de nouvelles approches de l’IA couplées aux avancées technologiques ont permis une avancée spectaculaire.

    C’est John McCarthy, professeur à l’Université de Dartmouth et figure de premier plan dans le domaine de l’informatique, qui a inventé le terme “Intelligence Artificielle” en 1955.

    Il rédigea une proposition pour organiser une conférence de 2 mois, rassemblant 10 personnes sur le thème de “l’intelligence artificielle”, première utilisation du terme dans une publication.

    Dans sa proposition il écrivit : “L’étude doit partir sur la base de la conjecture que chaque aspect de l’apprentissage ou de n’importe quelle autre caractéristique de l’intelligence peut, en principe, être si précisément décrite qu’une machine peut être créée pour la simuler”

    C’est lors de l’été 1956 qu’un petit groupe de scientifiques fut invité pour réfléchir à la possibilité de permettre aux machines de faire des choses réservées habituellement aux être humains, comme comprendre le langage.

    Lire la suite de cette entrée »